NOUVELLES

Libye: le premier ministre est jugé inconstitutionnel par un tribunal

09/06/2014 04:39 EDT | Actualisé 08/08/2014 05:12 EDT

TRIPOLI, Libye - Le plus haut tribunal de la Libye a rejeté lundi la nomination du premier ministre Ahmed Maiteg par le Parlement islamiste, au moment où la campagne militaire lancée par un général rebelle continue à faire rage dans l'est du pays.

La Cour suprême constitutionnelle a jugé que la nomination de M. Maiteg est anticonstitutionnelle, mais n'a pas offert plus de détails ou d'instructions. Les islamistes du Parlement ont promis de se plier à ce jugement, ce qui signifie que le premier ministre intérimaire Abdullah al-Thinni demeurera en poste.

M. al-Thinni avait refusé de quitter le mois dernier, dans la foulée d'un vote parlementaire très controversé et possiblement frauduleux. M. Maiteg, un homme d'affaires qui possède un hôtel luxueux à Tripoli, avait dû être escorté par une milice islamiste après son élection. Douze parlementaires s'étaient par la suite adressés au tribunal libyen.

Le président adjoint du Parlement libyen, Saleh al-Makhzoum, a déclaré aux journalistes que le Parlement se pliera à la décision du tribunal par respect envers «l'État de droit».

La Libye est plongée dans le chaos depuis que le régime de Mouammar Kadhafi a été renversé en 2011.

Le tribunal a rendu cette décision au moment où la campagne du général Khalifa Hifter continue de plus belle dans l'est du pays. Au cours des dernières semaines, les forces du général Hifter ont bombardé les camps de milices islamistes, qui ont répliqué en tentant d'assassiner le militaire lors d'un attentat suicide qui a fait quatre morts.

Le général menace de détention les parlementaires islamistes, les accusant de financer des milices qui, à son avis, sont responsables des agitations en Libye.

Les parlementaires islamistes lui reprochent, en retour, de tenter de perpétrer un coup d'État.

PLUS:pc