NOUVELLES

La chef libérale adopte un ton plus posé, mais attaque Tim Hudak en éducation

09/06/2014 07:23 EDT | Actualisé 09/08/2014 05:12 EDT

CAMBRIDGE, Ont. - La première ministre sortante Kathleen Wynne a adopté un ton plus posé, lundi, tout en maintenant ses attaques contre ses rivaux, les assimilant à de piètres choix pour les électeurs de l'Ontario appelés aux urnes ce jeudi.

Prenant la parole dans une école primaire, Mme Wynne a parlé longuement de ses motivations politiques en vantant le bilan libéral en éducation.

La chef libérale a fait valoir qu'elle avait été motivée à tenter d'améliorer le système d'éducation en assistant, alors jeune mère, aux perturbations causées par le gouvernement de l'ancien premier ministre progressiste-conservateur Mike Harris.

Le système est de nouveau menacé, cette fois par le chef progressiste-conservateur actuel, Tim Hudak, qui a promis de couper 100 000 emplois dans la fonction publique, a-t-elle soutenu.

Réitérant sa promesse, lundi, M. Hudak a fait valoir que les coupes n'affecteraient pas les classes d'éducation spécialisée, tout en ajoutant que les écoles seraient bien différentes sous son administration.

Il a affirmé que les coupes cibleraient quelque 9600 «employés à l'extérieur des classes» dont la province peut se passer, évoquant le rapport Drummond sur les dépenses du gouvernement de l'Ontario.

M. Hudak a souligné que les dépenses en éducation grimpaient alors qu'il y avait moins d'élèves dans les écoles.

La chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Andrea Horwath, a pour sa part aligné sa campagne sur les néo-démocrates fédéraux, lundi, évoquant l'héritage du regretté chef Jack Layton.

Mme Wynne avait elle-même évoqué le nom de M. Layton au cours de la fin de semaine pour critiquer la porte laissée ouverte par Mme Horwath au soutien d'un éventuel gouvernement minoritaire progressiste-conservateur. La chef néo-démocrate a rétorqué que les libéraux tentaient de faire oublier que M. Layton se serait dressé contre un gouvernement libéral si entaché par les scandales.

Mme Wynne avait dit, dimanche, qu'un vote pour Mme Horwath était un vote pour les progressistes-conservateurs, car seuls les libéraux étaient en mesure de vaincre le parti de M. Hudak.

«Le NPD n'est plus le parti qu'il était. Ce n'est pas le parti de Jack Layton. Ce n'est pas le parti d'Ed Broadbent», avait lancé la chef libérale.

Plus tôt en campagne, un groupe de 34 anciens et actuels néo-démocrates avaient déploré le rejet par Mme Horwath avant les élections d'un budget libéral près de leurs préoccupations. Lundi, M. Broadbent a dit soutenir totalement la chef Horwath et le NPD de l'Ontario, et a décrié l'usage de son nom par la chef libérale.

Par ailleurs, Élections Ontario a indiqué que les résultats préliminaires montrent que 566 845 électeurs ont profité du vote par anticipation, ayant duré une semaine et s'étant conclue vendredi. En 2011, 603 785 électeurs avaient voté par anticipation sur une période de dix jours.

PLUS:pc