NOUVELLES

Solitaire du Figaro 2014 - Départ en douceur pour les 38 concurrents

08/06/2014 12:00 EDT | Actualisé 08/08/2014 05:12 EDT

Trente-huit "fondus" de la course au large, vieux briscards et jeunes espoirs confondus, ont pris dimanche à Deauville (France) le départ de la 45e édition de la Solitaire du Figaro, épreuve unique au monde et longue cette année de... 2014 milles (3.730 km).

La flotte est partie à 13h00 (11h00 GMT), sous le soleil et dans une légère brise de nord-est, après deux heures et demie passées au mouillage devant les célèbres "planches" pour lutter contre le courant de marée descendante.

Au cours de cette première étape, les skippers vont longer les côtes anglaises de l'île de Wight à Wolf Rock, "descendre" virer la bouée Astan devant Roscoff (Finistère) et "remonter" sur Plymouth (sud-ouest de l'Angleterre). Soit trois traversées de la Manche.

Les premiers bateaux sont attendus à Plymouth mercredi ou jeudi.

Après Deauville et Plymouth, les skippers, tous à bord de monotypes Figaro Bénéteau 2 de 10,10 m de long, se rendront à Roscoff via le phare du Fastnet (au sud de l'Irlande), puis aux Sables-d'Olonne (France) et enfin à Cherbourg-Octeville (France), où sera jugée l'arrivée le 1er ou le 2 juillet.

Le parcours de ce +Figaro+ 2014 fait la part belle aux spécialistes de la Manche et de ses pièges (vents, marées, courants, trafic commercial intense, bateaux de pêche).

Faire un pronostic est risqué, comme toujours en course au large, mais quatre ou cinq favoris se détachent tout de même cette année: Yann Eliès, vainqueur en 2012 et 2013, Jérémie Beyou, qui l'a emporté en 2005 et 2011, Xavier Macaire (2e en 2013), Paul Meilhat, qui a gagné la Transat AG2R cette année (avec Gwénolé Gahinet) ou encore Gildas Morvan, champion de France 2013 de course au large en solitaire.

- Des cierges pour Gildas Morvan -

Certains, un poil superstitieux, ont voulu mettre toutes les chances de leur côté. Morvan, par exemple, qui a "missionné (sa) mère pour qu'elle mette des cierges à la chapelle de Rocamadour à Camaret!"

A 52 ans, Alain Gautier fait son retour dans la solitaire de référence, une course qu'il avait enlevée en 1989. Lucide, il ne se donne pas beaucoup de chances de l'emporter au général face à des trentenaires ou des jeunes quadras surentraînés mais il peut créer la surprise dans une manche pas trop physique.

Seulement deux femmes -Isabelle Joschke et Claire Pruvot- participent cette année à la course, véritable matrice de la course au large en solo: on est loin de la parité! En 44 éditions, une seule femme a remporté une étape: l'Anglaise Clare Francis, en 1975.

Huit Britanniques et un Irlandais composent cette année la "Légion étrangère" de la Solitaire du Figaro, preuve que la course s'internationalise peu à peu. Onzième l'an dernier, l'Anglais Sam Goodchild est en progression constante et, pour sa 4e participation, pourrait surprendre dans des eaux qu'il connaît bien.

Seule avarie à signaler en fin d'après-midi, une drisse de grand-voile cassée sur le bateau de Joan Ahrweiller, qui continuait la course.

Classement à 17h30 heure française (15h30 GMT):

1. Erwan Tabarly (FRA/Armor Lux) à 459,1 milles de l'arrivée

2. Anthony Marchand (FRA/Ovimpex-Secours populaire) idem

3. Sam Goodchild (GBR/Team Plymouth) à 0,3 mille du premier

4. Corentin Horeau (FRA/Bretagne-Crédit Mutuel Performance) à 0,3

5. Jérémie Beyou (FRA/Maître Coq) à 0,3

...

heg/jgu

PLUS:hp