NOUVELLES

Roland-Garros - Rafael Nadal : "Je veux profiter du moment"

08/06/2014 04:42 EDT | Actualisé 08/08/2014 05:12 EDT

Rafael Nadal a expliqué sa grande émotion, après avoir remporté dimanche son neuvième Roland-Garros, par le fait qu'il voulait "profiter du moment", conscient qu'il ne continuera pas éternellement à gagner.

Q : Cela a été un match très difficile...

R : "Contre Novak, je dois jouer à la limite des mes capacités, être agressif. Mais pour ça, il faut être en confiance, il faut sentir la balle. C'était équilibré au début du match. Mais je sentais qu'il avait un peu plus le match dans ses mains que moi. Je gagnais plus de points sur ses erreurs que par mes coups gagnants. Dans le deuxième set, la dynamique a changé. J'ai été capable de jouer plus agressif. Après un set et demi, on était un peu fatigués. C'était très important pour moi de gagner ce deuxième set. Sinon, je ne sais pas si j'aurais ce trophée avec moi maintenant."

Q : Comment vous seriez-vous senti si le match était allé en cinq sets ?

R : "Physiquement, je me sentais complètement vidé, épuisé. Je ne sais pas si j'aurais pu jouer un match en cinq sets. Mentalement, je me sentais fort. Je voulais vraiment le battre. J'ai souffert, mais j'ai trouvé les solutions."

Q : Cette victoire est-elle plus ou moins importante pour vous que les précédentes ?

R : "Je n'aime pas comparer. Pour moi, c'est toujours pareil. Le plus important c'est de gagner Roland-Garros. Ce qui compte c'est qu'aujourd'hui j'ai gagné le tournoi le plus important au monde sur terre battue, et probablement le tournoi le plus important de l'année pour moi."

Q : Vous vous rapprochez du record de Roger Federer. Est-ce important ?

R : "Federer a gagné 17 tournois du Grand Chelem et moi 14. Mais je ne me préoccupe pas de ça. Ce n'est pas une source de motivation pour moi. Je suis ma propre voie. A la fin de ma carrière, on fera le compte. Je me fiche des records."

Q : On vous a senti particulièrement ému. Pourquoi ?

R : "C'était une victoire remplie d'émotions après ce qui s'est passé en Australie. En finale, j'ai joué contre Stan (Wawrinka), qui jouait incroyablement bien. Je ne sais pas si j'aurais été capable de remporter ce match. Mais je n'ai pas pu défendre mes chances (à cause d'une blessure au dos, Ndlr) et ça a été difficile à accepter. J'ai eu quelques mois où mentalement ça a été difficile après ça. Je me battais mais je ne me sentais pas suffisamment fort. Mais depuis un mois, je sentais que j'avais retrouvé mon état d'esprit, ma motivation, mes sensations sur le court."

Q : On vous a vu pleurer pendant l'hymne national...

R : "Il y a toujours beaucoup d'émotions quand vous gagnez Roland-Garros. Et de plus en plus, au fur et à mesure que vous vieillissez. Ca demande tellement de travail. Je veux profiter du moment. Parce que ça ne durera pas. J'aurai peut-être encore quelques opportunités, mais je ne sais pas si je gagnerai à nouveau."

Q : Comment envisagez-vous la saison sur gazon ?

R : "Je vais à Halle demain. Je veux essayer de bien jouer à nouveau à Wimbledon. J'espère que mon genou ira bien sur gazon, parce qu'il va mieux que les années précédentes sur les autres surfaces. J'ai joué blessé à Wimbledon en 2012. L'an dernier, j'ai essayé, mais je n'étais pas prêt pour jouer. On va voir comment je me sens cette année, mais c'est un tournoi très important pour moi. Je pense qu'Halle est la meilleure façon de préparer Wimbledon."

Propos recueillis en conférence de presse

cyb/cda

PLUS:hp