NOUVELLES

Pakistan : 12 morts dans une attaque contre l'aéroport de Karachi (responsables)

08/06/2014 06:34 EDT | Actualisé 08/08/2014 05:12 EDT

L'aéroport de Karachi, premier du Pakistan, était la cible dimanche soir d'une attaque d'un groupe armé qui a fait au moins douze morts et provoqué l'annulation de tous les vols, ont annoncé des responsables.

L'armée a été appelée sur place afin de maîtriser les assaillants, a-t-on appris de source militaire.

Parmi les douze morts, figurent six assaillants, ainsi qu'au moins deux civils et des vigiles.

Seemi Jamali, directrice du principal hôpital de la ville, le Jinnah Hospital, a indiqué que six corps ont été amenés dans l'établissement.

Des coups de feu sporadiques continuaient à se faire entendre et deux "énormes" explosions ont retenti, selon un journaliste de l'AFP présent sur les lieux.

"Tous les passagers des avions ont été évacués et trois terroristes tués", a précisé le porte-parole Asim Saleem Bajwa.

Un haut responsable des services de renseignements, présent sur les lieux, a cependant précisé sous couvert de l'anonymat que le nombre total d'assaillants tués était de six.

"L'un d'entre eux s'est fait exploser quand on lui a tiré dessus", a-t-il ajouté.

Le nombre précis des assaillants n'étaient pas connus. Plusieurs responsables avaient dans un premier temps évoqué une attaque menée par environ une demi-douzaine d'hommes armés de grenades et de fusils-mitrailleurs mais ce nombre pourrait être plus important.

Les commandos de l'ASF (Force de sécurité de l'aéroport) ont isolé la zone attaquée avec d'autres forces de sécurité.

Selon les premières informations, les assaillants semblent avoir pénétré dans l'enceinte de l'aéroport international Jinnah par au moins deux côtés, et notamment en cisaillant une clôture grillagée de l'ancien terminal, qui n'est plus utilisé par les passagers mais qui abrite des bureaux, des ateliers et des hangars.

Un journaliste de l'AFP présent sur les lieux a indiqué avoir entendu deux "énormes" explosions, qui pourraient être dues à des kamikaze.

Le porte-parole de l'autorité de l'aviation civile avait un peu plus tôt annoncé que les vols étaient suspendus.

Des nuages de fumée s'élevaient du tarmac sur lequel étaient stationnés les avions, selon des images retransmises à la télévision.

Cette attaque fait craindre un siège prolongé à l'image d'autres attentats contre des installations vitales au cours des dernières années.

L'action n'avait pas encore été revendiquée dimanche soir mais les talibans ont déjà dit avoir été à l'origine d'autres raids de ce type par le passé.

Par ailleurs, au moins 23 personnes ont été tuées dimanche soir dans le sud-ouest du Pakistan dans une nouvelle attaque visant des membres de la minorité chiite, ont indiqué à l'AFP les autorités locales.

Le Pakistan est aux prises depuis plus d'une décennie avec une insurrection islamiste qui a déjà fait des milliers de morts.

En 2011, des islamistes avaient attaqué la base navale de Karachi, détruisant deux avions Orion de fabrication américaine et tuant 10 membres du personnel au cours d'un siège qui avait duré 17 heures.

Le gouvernement du Premier ministre, Nawaz Sharif, a ouvert des négociations avec la coalition islamiste Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) en février, qui ont débouché sur un cessez-le-feu le 1er mars, rompu un mois plus tard.

str-ak-ks/ia/mtp/ih/sym/lv

PLUS:hp