NOUVELLES

Communes: les privilèges postaux des parlementaires sont remis en question

08/06/2014 07:49 EDT | Actualisé 08/08/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Alors que les Canadiens se préparent à braver la neige, la pluie, la chaleur et l'obscurité pour aller cueillir leur courrier, ils peuvent se rassurer en sachant que leurs boîtes postales communautaires continueront d'être bourrées de propagande politique payée par l'État.

Postes Canada a fait grimper les tarifs postaux et envisage de congédier jusqu'à 8000 personnes alors que la société de la Couronne mettra fin à la livraison à domicile d'ici cinq ans, dans le cadre d'une tentative pour renverser la tendance déficitaire des revenus. Toutefois, les privilèges postaux parlementaires ne disparaîtront pas.

Postes Canada refuse d'indiquer si elle a envisagé mettre fin à cette pratique, et l'idée n'a pas été évoquée au Parlement, au moment même où les Communes sont plongées dans une controverse à propos de près de deux millions de missives supposément partisanes expédiées gratuitement par des députés néo-démocrates.

En vertu de la Loi sur la Société canadienne des postes, il n'existe aucun coût associé à l'envoi de lettres entre les citoyens et leurs députés, le gouverneur général, les présidents des Communes et du Sénat, le bibliothécaire du Parlement et la commissaire à l'éthique de la Chambre des communes.

De plus, les députés peuvent envoyer jusqu'à quatre dépliants gratuitement à leurs concitoyens à chaque année. Et ils peuvent en envoyer beaucoup plus à un «tarif postal fortement réduit», selon Anick Losier, une porte-parole de Postes Canada.

Mme Losier n'a pas voulu dire quels revenus pourraient être tirés de l'annulation de ces privilèges. En 2013, l'entreprise a livré six millions de lettres expédiées en franchise par des parlementaires, et près de 132 millions de dépliants sans adresse spécifique.

Au tarif de l'an dernier de 63 cents, ces six millions de lettres auraient pu ajouter près de 4 millions $ dans les coffres de la société d'État. Au nouveau tarif de 85 cents — en tenant pour acquis que les timbres sont achetés en paquets, car un timbre individuel coûte 1$ — le montant passe à plus de 5 millions $.

Selon les prévisions de Postes Canada, les pertes devraient atteindre 274 millions $ avant impôts en 2014.

PLUS:pc