NOUVELLES

Plusieurs personnalités rendent un dernier hommage à la poétesse Maya Angelou

07/06/2014 06:40 EDT | Actualisé 07/08/2014 05:12 EDT

WINSTON-SALEM, États-Unis - La première dame des États-Unis Michelle Obama a salué la poétesse, l'oratrice et la sage qu'était Maya Angelou, parlant d'elle comme de la première personne lui ayant indiqué qu'elle pouvait être une femme noire forte, rejoignant en ce sens d'autres admirateurs et amis de l'artiste lors de funérailles privées, samedi, où ont résonné les pleurs, les rires, la poésie et les chansons.

L'ex-président américain Bill Clinton a mentionné que Mme Angelou, l'une des plus grandes écrivaines noires du 20e siècle, était une femme qui semblait avoir vécu cinq existences en une. D'autres ont dit que l'écrivaine, qui s'est extirpée de la pauvreté et de la ségrégation, avait donné à des millions de femmes la force de vivre leurs propres vies dans les États-Unis modernes.

La cérémonie dirigée par Mme Obama, M. Clinton et Oprah Winfrey a eu lieu à l'université Wake Forest, en Caroline du Nord, où l'écrivaine a enseigné pendant des décennies. Mme Angelou est décédée le 28 mai à l'âge de 86 ans, après une vie ponctuée de rôles importants dans les arts et au sein du mouvement pour les droits civiques.

Mme Obama a confié au public comment la lecture du poème «Phenomenal Woman» de Mme Angelou avait changé une petite fille noire ayant grandi dans le sud de Chicago.

Grande et majestueuse, Mme Angelou ajoutait une certaine gravité à ses mots à l'aide d'une voix forte et profonde, se décrivant comme une poétesse en amour avec «la musique du langage». En janvier 1993, elle a récité le poème le plus populaire de l'histoire des inaugurations présidentielles, «On the Pulse of Morning», au tout début du premier mandat de Bill Clinton.

Elle a inspiré plusieurs personnes et est devenue une mentor pour Mme Winfrey avant que celle-ci ne devienne une animatrice de télévision.

M. Clinton s'est souvenu de cette voix, et du fait qu'elle avait choisi de ne pas parler pendant cinq ans après avoir été violée par l'ami de coeur de sa mère, alors qu'elle était enfant.

«Elle a été sans voix pendant cinq ans et ensuite, elle a développé la plus grande voix sur la planète. Dieu lui a prêté Sa voix», a déclaré M. Clinton samedi. «Elle avait la voix de Dieu. Et il a décidé qu'il voulait la ravoir pendant un certain temps.»

«Nous pourrions tous être ici et parler de l'importance de Maya Angelou dans l'histoire américaine. Et qu'elle a triomphé de l'adversité. Et qu'elle a prouvé la bêtise du racisme», a également noté l'ancien président.

Élevée en Arkansas et à San Francisco, Mme Angelou a aussi écrit des pièces de théâtre et de la musique, et a reçu une nomination aux Emmy pour son rôle dans la minisérie télévisée «Roots» dans les années 1970.

PLUS:pc