NOUVELLES

Petro Porochenko devient officiellement le nouveau président de l'Ukraine

07/06/2014 04:20 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT

KIEV, Ukraine - Le nouveau président de l'Ukraine, Petro Porochenko, a lancé un appel au dialogue avec l'est du pays, samedi, et exhorté les miliciens séparatistes à déposer leurs armes, mais a prévenu qu'il ne discuterait pas avec les rebelles, qu'il a qualifiés de «gangsters et assassins».

Le discours prononcé par M. Porochenko juste après avoir prêté serment devant le Parlement n'a pas laissé entrevoir une résolution rapide du conflit dans l'est, où l'insurrection indépendantiste aurait fait au moins 200 morts selon les autorités ukrainiennes.

Il a également adopté la ligne dure par rapport à l'annexion de la Crimée par la Russie ce printemps, soutenant que la péninsule de la mer Noire «était, est et demeurera ukrainienne».

Petro Porochenko n'a pas fourni de détails concernant le plan de Kiev pour reprendre le contrôle de la Crimée qui, d'après le président russe Vladimir Poutine, aurait injustement été donnée à l'Ukraine durant le règne du leader soviétique Nikita Khrouchtchev.

Plusieurs heures après l'allocution de M. Porochenko, M. Poutine a ordonné un renforcement de la sécurité le long de la frontière entre la Russie et l'Ukraine afin de prévenir les franchissements illégaux, ont rapporté les agences de presse russes.

Kiev soutient que plusieurs des insurgés dans l'est proviennent de la Russie. Samedi, Petro Porochenko a affirmé qu'il permettrait aux «militants russes» de retourner dans leur pays d'origine en toute sécurité.

Les leaders de l'insurrection n'ont pas été impressionnés par les propos du nouveau président ukrainien.

Denis Pouchiline, l'un des hauts dirigeants de la République populaire de Donetsk, a déclaré qu'il était impossible pour M. Porochenko de se rendre dans l'est du pays actuellement pour discuter. «Peut-être avec une escorte afin d'empêcher que les gens ne le taillent en pièces», a-t-il affirmé.

Le président a offert l'amnistie aux rebelles «qui n'ont pas de sang sur les mains», une promesse qui n'a pas convaincu Valeri Bolotov, le leader des insurgés dans la province de Louhansk. «Je ne le crois pas», a-t-il simplement commenté.

Les rebelles de Donetsk et Louhansk ont déclaré l'indépendance des deux régions.

Petro Porochenko a promis de ramener la paix, mais n'a pas précisé si les troupes ukrainiennes mettraient fin à leur offensive contre l'insurrection. Moscou a insisté pour que Kiev cesse ses activités militaires dans l'est du pays.

L'ambassadeur Mikhail Zoubarov, qui a représenté le Kremlin à l'assermentation, a estimé que les commentaires du président ukrainien semblaient rassurants, mais réitéré que la première chose à faire était de stopper l'opération «antiterroriste» dans l'est. Il a ajouté que les rebelles devaient aussi interrompre les hostilités afin de permettre l'acheminement d'aide humanitaire.

En tant que président, M. Porochenko est le commandant en chef de l'armée et est chargé de nommer les ministres de la Défense et des Affaires étrangères. La nomination du premier ministre revient au Parlement.

Le milliardaire de 48 ans, qui est surnommé le «roi du chocolat» en raison de la fortune qu'il a accumulée comme confiseur, a été élu le 25 mai. Il remplace Olexandre Tourtchinov, qui a agi comme président intérimaire après que le président prorusse Viktor Ianoukovitch eut fui le pays en février au terme de plusieurs semaines de manifestations contre lui.

PLUS:pc