NOUVELLES

La "Roma Pride" demande la reconnaissance des unions homosexuelles

07/06/2014 12:55 EDT | Actualisé 07/08/2014 05:12 EDT

Des dizaines de milliers d'homosexuels ont célébré samedi dans les rues de Rome la traditionnelle "Roma Pride", demandant au gouvernement et aux communes la reconnaissance civile des unions entre personnes du même sexe.

Le maire de gauche de Rome, Ignazio Marino, a ouvert le cortège, répétant sa promesse de campagne de faire adopter rapidement par le conseil municipal son projet autorisant les unions civiles homosexuelles.

C'était la deuxième fois qu'un maire participait à la manifestation. En 1994 Francesco Rutelli, également social-démocrate, avait assisté au premier défilé organisé dans la capitale italienne.

"Nous devons faire pression sur le Parlement pour que l'Italie n'éprouve plus de honte à être à la traîne par rapport au reste de l'Union européenne", a affirmé M. Marino.

Le maire avait fait décorer à Noël dernier le Corso, la longue artère au centre de Rome, de guirlandes lumineuses aux couleurs de l'arc-en-ciel des homosexuels, ce qui avait provoqué des réactions contrastées dans la ville qui abrite le Vatican.

Le gouverneur des Pouilles (sud), Nichi Vendola, du mouvement de gauche SEL (Sinistra Ecologia Liberta) venu avec son compagnon à la Roma Pride, est allé dans le même sens que M. Marino, appelant les Italiens "à soulever cette chappe d'obscurantisme et d'hypocrisie qui les a empêchés ces dernières années de se confronter à la modernité".

Il y a quelques mois, un tribunal italien à Grosseto (centre) avait validé un mariage homosexuel célébré à New York entre deux hommes, une première en Italie où les unions homosexuelles ne sont toujours pas reconnues officiellement.

Le tribunal de Grossetto (centre) avait ordonné aux officiers d'état civil de la ville d'enregistrer le mariage d'un couple homosexuel célébré à New York en 2012.

La décision avait été qualifiée d'historique par les organisations LGBT (lesbiennes, gays, bi-sexuels et transsexuels).

Le débat est vif en Italie où l'Eglise catholique veut freiner toute mesure qui risque de conduire comme en France ou en Espagne à la légalisation du mariage entre personnes du même sexe. Le président du Conseil Matteo Renzi est accusé par les associations de rester très prudent sur ce sujet.

jlv/sym

PLUS:hp