NOUVELLES

Afghanistan: des crues éclairs font une soixantaine de morts

07/06/2014 08:55 EDT | Actualisé 07/06/2014 08:55 EDT
WAKIL KOHSAR via Getty Images
Afghan security personnel walk at the site of a suicide car bomb attack on the convoy of Afghan presidential candidate Abdullah Abdullah in Kabul on June 6, 2014. At least four people were killed and 17 others wounded in explosions targeting Afghan presidential election front-runner Abdullah Abdullah, the deputy interior minister said. AFP PHOTO/Wakil Kohsar (Photo credit should read WAKIL KOHSAR/AFP/Getty Images)

Des crues éclairs provoquées par des pluies torrentielles qui ont frappé le Nord de l'Afghanistan vendredi ont fait près de soixante morts, ont annoncé samedi les autorités locales, alors que les secours tentaient de de porter assistance aux sinistrés.

Les inondations ont dévasté "au moins six villages" du district de Guzargah-e-Nurrégion, une région pauvre et montagneuse de la province de Baghlan, dans le nord afghan, a déclaré à l'AFP le gouverneur local, Sultan Mohammad Ebadi.

"L'impact de la catastrophe est énorme", a-t-il dit. "We avons retrouvé 59 corps, mais d'autres sont découverts en ce moment même, et le bilan final pourrait être considérable".

"Il y a d'autres corps coincés sous les décombres", a ajouté le chef de l'Autorité de gestion des catastrophes (ANDMA) pour la province, qui a évoqué pour sa part "58" morts.

Noor Mohammad Guzar, le chef du district touché par les inondations, a affirmé de son côté que la catastrophe avait détruit "2.000 maisons, des champs et tué des milliers de têtes de bétail".

Les habitants de la région fabriquaient des barrages de fortune avec des pierres pour tenter d'endiguer les inondations, selon un responsable local. Les secours tentaient également de porter assistance aux sinistrés, mais les routes bloquées par les eaux compliquaient l'acheminement de l'aide.

"Nos équipes sont sur place et procèdent à une évaluation des pertes", a déclaré le chef adjoint de l'ANDMA, Mohammad Aslam Sayas. "Nous fournissons également de rations alimentaires et des médicaments. De l'aide supplémentaire devrait bientôt arriver".

Les sinistrés "ont tout perdu, leurs maisons, leurs biens, leurs champs, leur bétail, ils n'ont plus rien pour survivre", a expliqué le chef de la police locale, Jawed Basharat. "Ils ont besoin d'eau potable, de nourriture, de couvertures et de tentes".

Ces crues subites, auxquelles ne résistent pas les habitations précaires, sont très fréquentes pendant la saison des pluies qui sévit au printemps dans la partie septentrionale du pays.

Plus de 19.500 familles ont été touchées en Afghanistan ces dernières semaines par des inondations, qui ont entraîné la destruction de quelque 8.000 maisons et tué 175 personnes, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Début mai, des glissements de terrain provoqués par la pluie ont détruit partiellement le village d'Aab Bareek et fait au moins 300 morts dans la province du Badakhshan, région frontalière du Tadjikistan, de la Chine et du Pakistan.

Cette catastrophe avait suscité une vive émotion au sein de la communauté internationale et le président afghan Hamid Karzaï avait promis de construire de nouvelles maisons pour les 700 familles ayant perdu la leur.

Les inondations dans le Baghlan interviennent en plein entre-deux tours d'une élection présidentielle qui désignera le successeur de Hamid Karzaï à la tête de l'Afghanistan, pays pauvre et secoué par une violente insurrection des talibans.