POLITIQUE

« Nous sommes du bon côté de l’histoire » - Pauline Marois

07/06/2014 12:16 EDT | Actualisé 07/08/2014 05:12 EDT
Agence QMI

EN DIRECT - L'ex-première ministre Pauline Marois s'adresse aux militants péquistes pour la dernière fois, alors que se tient la conférence nationale des présidents du Parti québécois (PQ) cette fin de semaine à Drummondville, dans le Centre-du-Québec.

Mme Marois a annoncé qu'elle quittait ses fonctions de chef le soir des élections du 7 avril, constatant l'ampleur historique de la défaite de sa formation politique. Le PQ n'a récolté que 25,4 % des voix, son pire score depuis 1973. Seuls 30 députés péquistes ont été élus, ce qui a relégué le parti aux banquettes de l'opposition après seulement 18 mois de gouvernement.

Autopsie d'un revers historique

La conférence des présidents est l'occasion pour les militants de faire le bilan de la dernière campagne électorale. « La pire chose à faire, c'est de se replier sur soit. De penser qu'on avait raison, qu'on a été mal compris et qu'on va juste jaser entre nous », a dit aux journalistes le député de Rosemont Jean-François Lisée.

Bernard Drainville, député de Marie-Victorin et père du projet de charte des valeurs, appelle aussi à la réflexion. « On a une introspection à faire. On a des questions à se poser et il va falloir apporter les bonnes réponses. Et il faut reconnecter le projet indépendantiste sur ce que vivent les gens », a-t-il dit.

De son côté, le chef par intérim de la formation souverainiste, Stéphane Bédard, s'est montré optimiste.

Cette autopsie de la défaire électorale aura lieu à huis clos, à l'abri des journalistes.

En début de soirée, on rendra par ailleurs hommage à Pauline Marois. Une douzaine de personnes devraient dire de bons mots de l'ancienne première ministre, première femme à occuper ce poste.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les réactions à la démission de Pauline Marois