POLITIQUE

Commission Charbonneau - Le témoin Christian Fay affirme qu'il a pu rencontrer Guy Chevrette grâce au lobbyiste Gilles Cloutier

06/06/2014 02:31 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT
CEIC

MONTRÉAL - Christian Fay, vice-président de l'entreprise de signalisation SMG, a relaté à la Commission Charbonneau, vendredi, qu'il avait réussi à rencontrer l'ex-ministre péquiste des Transports Guy Chevrette par l'intermédiaire du lobbyiste Gilles Cloutier.

Or, lorsqu'il avait témoigné devant la commission d'enquête, M. Chevrette avait soutenu connaître à peine M. Cloutier et chercher même à l'éviter. M. Cloutier travaillait au développement des affaires pour la firme de génie Roche et se vantait d'avoir maints contacts politiques.

Le ministère des Transports avait subitement interrompu un chantier auquel travaillait l'entreprise de M. Fay, Groupe SMG, et il ne comprenait pas pourquoi. Il avait essayé en vain d'obtenir des réponses au ministère, mais personne ne voulait lui parler.

M. Fay avait donc fait appel à Gilles Cloutier et il a effectivement pu rencontrer le ministre Chevrette dans une résidence privée de Joliette, un soir de semaine en 2002.

Il était auparavant passé par un ami de M. Chevrette, Gilles Beaulieu, et le groupe _ il n'a pas précisé qui _ s'était rendu à cette résidence privée où se trouvait M. Chevrette.

Il avait alors pu expliquer le fond du litige à M. Chevrette.

Le litige tournait autour du fait que Goupe SMG était en consortium avec Cima+ depuis quelques années et que Cima+ devait également effectuer la surveillance du chantier du MTQ auquel travaillait Groupe SMG. Le ministère des Transports avait alors interrompu le chantier, avant de carrément l'annuler, a résumé M. Fay.

Après avoir lu les documents pertinents et écouté M. Fay, le ministre Chevrette s'était engagé à régler le litige. Il avait requis un délai de deux semaines pour y parvenir.

M. Fay a bien précisé qu'aucun montant d'argent n'avait été demandé ou échangé par qui que ce soit. Et aucune promesse n'avait été faite par qui que ce soit.

Toutefois, dix jours plus tard, le ministre Chevrette a démissionné de son poste. Le problème de M. Fay n'a donc pas été réglé.

La cause s'est finalement retrouvée devant les tribunaux. Ultimement, Groupe SMG a reçu une indemnité de 1,6 million $, a indiqué M. Fay.

Les audiences de la commission d'enquête se poursuivront lundi avec un nouveau témoin, dont l'identité n'a pas encore été dévoilée.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref