NOUVELLES

Le pétrole en Asie en légère hausse, soutenus par la BCE (102,47 USD)

06/06/2014 12:29 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole progressaient légèrement vendredi matin en Asie, après de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et un début d'apaisement des tensions en Ukraine.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet cédait un petit cent à 102,47 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord, même échéance, s'appréciait de 10 cents à 108,89 USD.

"Les données économiques européennes et la baisse des taux vont soutenir les cours du Brent", a estimé Kelly Teoh, analyste chez IR Resources à Bangkok.

La BCE a baissé une nouvelle fois jeudi ses taux d'intérêt, déjà au plus bas. Son principal taux directeur, baromètre du crédit en zone euro, a été porté à 0,15% (contre 0,25% depuis novembre).

L'institution a surtout effectué une incursion en terrain inconnu en portant son taux de dépôt en territoire négatif, à -0,10%, une mesure qu'aucune banque centrale d'envergure n'avait expérimentée jusqu'ici. Cela signifie que les banques devront payer pour stocker leurs liquidités excessives auprès d'elle pour 24 heures. Ce taux stagnait à 0% depuis juillet 2012.

Il s'agit pour la BCE d'encourager une croissance économique qui peine à décoller vraiment en zone euro et de tenter de faire grimper une inflation qui flanche dangereusement.

En Ukraine, les gardes-frontières ont abandonné jeudi trois postes à la frontière de la Russie et réclamé des renforts à la suite d'attaques des séparatistes, qui infligent ainsi un nouveau revers aux autorités ukrainiennes dans l'Est.

Mais des discussions au plus haut nouveau sucitent l'espoir d'un apaisement: les chefs de la diplomatie américaine John Kerry et russe Sergueï Lavrov ont ainsi discuté jeudi dans un grand hôtel parisien et affiché leur volonté de coopérer pour la paix et la stabilité en Ukraine.

L'Ukraine est un pays clé pour le transit du gaz russe vers l'Europe et le marché prévoit que des perturbations dans les livraisons entraîneraient une hausse des prix de l'énergie dans leur ensemble.

La veille, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet avait lâché 16 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 102,48 dollars.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour la même échéance avait fini à 108,79 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 39 cents.

str-mba/fmp/jr

PLUS:hp