Fusillade de Moncton: Justin Bourque arrêté, les noms des victimes dévoilés (VIDÉO/PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Print Article

Quelques heures après l'arrestation du suspect de la fusillade de mercredi, à Moncton, la Gendarmerie royale du Canada a rendu publics les noms des agents morts mercredi et remercié le public pour son aide et sa compassion.

Les victimes sont Dave Ross, 32 ans, de Victoriaville au Québec, Doug James Larche, 40 ans, de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, et Fabrice George Gevaudan, 45 ans, originaire de Boulogne-Billancourt, en France.

Les deux agents blessés vont bien, a aussi annoncé la GRC. L'un d'eux est toujours hospitalisé.

Le suspect, Justin Bourque, 24 ans, a été appréhendé vers 0 h 10 (heure locale) vendredi, après une opération policière qui a duré près de 30 heures et pendant laquelle les résidents du quartier Pinehurst ont été confinés dans leurs maisons.

« Comme vous pouvez l'imaginer, nous sommes aussi fiers et soulagés que la population. Nous voulions procéder à l'arrestation le plus rapidement possible et sans faire plus de blessés. » — Roger Brown, commandant divisionnaire, GRC

La chef de la police de Codiac, Marleen Snowman, a indiqué que des accusations seraient déposées contre Justin Bourque au cours de la journée. C'est à ce moment qu'elles seront rendues publiques.

Elle a raconté que c'est grâce à des informations des citoyens et aux lumières que ceux-ci ont laissées allumées dans la nuit que les policiers ont pu procéder à l'arrestation du suspect.

Au moment de son arrestation, Justin Bourque se trouvait dans un secteur légèrement boisé d'un quartier résidentiel. Il n'était plus armé, mais des armes ont été trouvées dans le secteur. L'opération n'a pas fait de blessés.

Par ailleurs, Radio-Canada a appris que de l'équipement militaire et un avion muni de capteurs infrarouges ont été utilisés dans les recherches. Ces appareils auraient été déterminants pour mettre la main au collet du suspect.

Après l'opération, le deuil

Ce sont des policiers visiblement émus et ébranlés qui ont rencontré les médias ce matin.

Le commandant divisionnaire de la GRC au Nouveau-Brunswick, Roger Brown, a pris le temps de remercier la population pour son aide et pour avoir respecté les consignes des policiers.

Mais maintenant que l'opération policière est terminée, les policiers doivent entamer leur deuil.

« Je me suis présenté devant vous [jeudi] et j'ai dû confirmer ce qu'aucun policier ne veut jamais avoir à dire. [...] Je tiens à réaffirmer à nos policiers qu'ils peuvent compter sur la Gendarmerie et sur une famille de plus de 35 000 frères et sœurs, qui sont aussi chagrinés qu'eux et qui sont là pour les soutenir. » — Roger Brown, commandant divisionnaire de la GRC au Nouveau-Brunswick

Il a raconté que même si c'est le propre du travail de policier de faire face à des « situations horribles », la perte de collègues est toujours difficile à surmonter. Leur professionnalisme dans l'adversité est remarquable, a fait remarquer Marleen Snowman.

« Je ne peux pas vous dire à quel point je suis fière de nos agents », a-t-elle dit. « Même s'ils étaient éprouvés, ils ont fait preuve de professionnalisme pour assurer la sécurité du public. »

La GRC offrira tout le soutien nécessaire aux familles des victimes, a ajouté le commandant Brown. Le commissaire national de la GRC, Bob Paulson, se rendra d'ailleurs à Moncton dans les prochains jours pour rencontrer ses membres.

Témoin de l'arrestation

Sur Twitter, une résidente, Michelle Thibodeau, a décrit comment Justin Bourque a été arrêté dans la cour de sa résidence de Mecca Drive. La femme de 21 ans a raconté que les membres de sa famille étaient effrayés lorsqu'ils ont aperçu des dizaines de policiers en train d'immobiliser le suspect. « Mon coeur a fait un bond. On tremblait tous, on essayait de rester calmes pour que les policiers puissent faire leur travail. C'était très épeurant », a raconté Michelle Thibodeau.

Elle a confié à CBC avoir entendu le suspect dire « I'm done », dans les instants précédant son arrestation. Elle ajoute que l'homme était habillé exactement comme sur la photo qui a circulé sur les réseaux sociaux, mais qu'il était détrempé à cause de la pluie.

Une ville soulagée

La nouvelle de l'arrestation de Justin Bourque s'est rapidement propagée sur les réseaux sociaux. De nombreux résidents de la ville de 70 000 habitants sont sortis de leurs maisons pour célébrer dans la rue. Les autorités ont rapidement démantelé les barrages routiers établis un peu partout dans la ville pendant la chasse à l'homme.

Le maire de Moncton, George LeBlanc, a félicité les policiers pour leur travail dans un communiqué de presse. « Ça a été une situation très difficile et éprouvante. J'exprime encore une fois mes plus sincères condoléances aux familles touchées par cette tragédie. Les policiers décédés ne seront pas oubliés », a-t-il affirmé.

Pour sa part, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, a applaudi le travail de la GRC, dont les agents ont traqué le suspect malgré le chagrin provoqué par la mort de trois de leurs collègues.

« Les répercussions de cette tragédie insensée et impitoyable continueront à se faire sentir dans l'ensemble de la province », a-t-il écrit dans un communiqué.

Les élèves auront accès à des services de soutien psychologique lors de leur retour en classe afin de les aider à composer avec le traumatisme, a ajouté le premier ministre. Les gens du Nouveau-Brunswick peuvent également demander de l'aide en composant le 811.

Le fil des événements

Les faits remontent à mercredi soir, alors que trois policiers ont été tués et deux autres, blessés lors d'une fusillade. L'homme, vêtu d'un treillis militaire et portant de puissantes armes, déambulait dans le secteur de Hildegard, mercredi soir. Alertés par des citoyens, les policiers se sont rendus dans le secteur pour intervenir. Une fusillade a éclaté et le suspect a pris la fuite.

Les forces de l'ordre ont dû faire appel à des véhicules blindés et à des hélicoptères pour tenter de cerner le suspect.

Les raisons qui ont poussé le tireur à tirer sur des policiers restent toujours nébuleuses. Les seuls indices proviennent de sa page Facebook, où le jeune homme apparaît comme une personne aimant les armes et vouant une haine aux policiers.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Fusillade à Moncton (4-5 juin 2014)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction