NOUVELLES

Jetons un regard en cinq points sur la finale féminine à Roland Garros

06/06/2014 05:01 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT

PARIS - Jetons un regard en cinq points sur la finale féminine des Internationaux de tennis de France:

SHARAPOVA C. HALEP: Maria Sharapova jouit de l'avantage de l'expérience contre Simona Halep, ayant gagné quatre titres du Grand Chelem et pris part à quatre autres finales. Et qui aurait cru que Sharapova pourrait mettre la main sur deux trophées acquis sur la terre battue de Roland Garros avant même un second à Wimbledon, aux Internationaux des États-Unis ou en Australie? Ce sera la troisième présence consécutive de Sharapova, âgée de 27 ans, en finale à Paris. Elle a remporté le titre en 2012, puis s'est inclinée face à Serena Williams il y a un an. Halep, pendant ce temps, présentait un palmarès de 1-4 en carrière à Roland Garros avant l'actuelle quinzaine.

PREMIÈRE FINALE DE HALEP: Halep, quatrième tête de série, tente de devenir la deuxième joueuse roumaine à gagner un titre du Grand Chelem (la première, la championne en France en 1978 Virginia Ruzici, se trouve à être l'entraîneuse de Halep). Halep, âgée de 22 ans, n'avait jamais franchi le cap des quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem jusqu'ici, même si elle connaît une belle progression, ayant remporté sept titres au cours des deux dernières saisons et a gagné une cinquantaine de places au classement en 12 mois. «Depuis un an, elle s'est définitivement améliorée», a dit Sharapova. Pourtant, même Halep reconnaît qu'il lui faudra maîtriser sa nervosité. «Ce sera un moment difficile pour moi», a-t-elle raconté après avoir vaincu Andrea Petkovic en demi-finales.

LES HAUTS ET LES BAS AU SERVICE: Sharapova a modifié sa motion au service après avoir été opérée à l'épaule droite en 2008. Et elle est plutôt inégale dans cette facette de son jeu. Dans sa demi-finale victorieuse contre Eugenie Bouchard, par exemple, Sharapova a commis neuf doubles fautes. Elle en avait totalisé huit en quarts de finale. Mais quand elle peut compter sur son service, elle place ses adversaires sur les talons. En fin de match contre Bouchard, Sharapova a gagné ses cinq derniers jeux au service, n'offrant qu'une balle de bris pendant cette séquence. «À certains moments, il me laisse tomber, a commenté Sharapova, mais à d'autres, je peux compter sur lui.»

CONTRASTES: Les deux finalistes offrent un contraste. D'abord leur taille: Sharapova fait six pieds deux; Halep mesure cinq pieds six. Et si Sharapova ne loge pas à l'enseigne de la subtilité — de ses puissants coups de la ligne de fond de court à ses cris stridents qui accompagnent ses coups en passant par sa façon de lever le poing et de lancer «Allez» — Halep, elle, offre un style plus effacé. Elle provoque les erreurs en trouvant des angles de frappe difficiles, change la vitesse de la balle et court sur presque tous les coups. Pas question pour elle d'essayer d'égaler la puissance de Sharapova mais elle pourrait essayer de la déjouer en finesse. Halep a déjà dit que sa mobilité sur le court s'est améliorée depuis qu'elle a subi une intervention il y a cinq ans pour une réduction mammaire — une procédure auquelle elle aurait eu recourt même si elle n'était pas une athlète. Questionnée à ce sujet cette semaine, Halep a répondu qu'elle ne voulait pas parler de ce qu'elle considère comme «une affaire personnelle».

3 SETS?: La dernière finale des Internationaux de France ayant nécessité trois manches remonte à 2001, quand Jennifer Capriati a vaincu Kim Clijsters 12-10 au troisième set. Si ça arrive samedi, Sharapova dispose d'une belle feuille de route: Elle a gagné 19 matchs de trois sets d'affilée sur la terre battue, dont ses trois derniers à Paris, chaque fois après avoir perdu le premier set. Halep a un palmarès de 8-1 cette année dans les matchs de trois sets, mais elle n'a pas eu à composer avec ce stress à Roland Garros, gagnant chacun de ses matchs en deux manches.

PLUS:pc