POLITIQUE

Commissaire au lobbyisme: les lobbyistes doivent s'enregistrer pour tweeter avec un élu

06/06/2014 04:58 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:02 EDT
Shutterstock

QUÉBEC - Les lobbyistes doivent freiner leurs ardeurs et s'enregistrer au Registre des lobbyistes avant de tweeter un message à un élu.

C'est ce qu'affirme un mémo préparé par la direction des affaires juridiques du Commissaire au lobbyisme, dont Le Huffington Post Québec a obtenu copie. Le mémo a été rédigé à la demande de l’Association québécoise des lobbyistes.

Ainsi, un lobbyiste doit s'inscrire au Registre si son message inclut le nom d'utilisateur d'un élu (exemple @MinistreUntel) et que le message est de nature à influencer celui-ci. «Si le Twitter est notifié au TCP [NDLR: titulaire d'une charge publique] afin qu’il tienne éventuellement compte de la position de l’entité qui a publié le Twitter lors de sa prise de décision, il s’agit d’une communication faite en vue d’influencer ou susceptible d’influencer une décision visée par l’article 2», dit le mémo.

Toutefois, l'utilisation du nom d'un élu sous forme de mot-clé (ou «hashtag») n'est pas régie par la loi. La raison, explique le mémo, est que l'élu n'est pas notifié et doit faire lui-même la recherche pour lire ce qui est dit à son sujet.

Le président de l'AQL, Étienne Couture fait valoir que l'objectif du Registre est d'apporter plus de transparence sur les activités des lobbyistes. «Mais là, ça devient ridicule. Twitter est déjà un outil public», souligne-t-il.

Du côté du Commissaire au lobbyisme, on précise que la loi apporte justement des compléments d'information. Les lobbyistes doivent notamment inscrire la rémunération qu'ils reçoivent, les filiales de l'entreprise impliquées et la nature du mandat, souligne la directrice des communications, Émilie Giguère. «Ça donne un portrait plus complet de la situation.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Le cabinet ministériel de Philippe Couillard