NOUVELLES

Bosnie: un Musulman condamné à 12 ans de prison pour crimes de guerre

06/06/2014 08:27 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT

Un ancien militaire des forces musulmanes de Bosnie, Edin Dzeko, qui avait fui aux États-Unis après la guerre de Bosnie (1992-95), a été condamné vendredi à 12 ans de prison par la justice bosnienne pour crimes de guerre commis contre des Croates.

"Edin Dzeko a été reconnu coupable d'avoir participé à l'exécution de prisonniers de guerre et de civils", a dit le juge Saban Maksumic en prononçant le verdict.

Dzeko, 42 ans, qui a été extradé par les États-Unis en décembre 2011, avait été membre d'une unité spéciale de l'armée bosnienne, à majorité musulmane, baptisée Zulfikar, qui a attaqué le village croate de Trusina (sud) en avril 1993.

Selon le parquet, au moins 22 civils et prisonniers militaires croates ont alors été tués.

Dzeko a été reconnu coupable d'avoir participé à l'exécution de six prisonniers militaires et deux civils, a expliqué le juge.

En avril 2012, la justice locale a condamné une femme, Rasema Handanovic, elle aussi membre de l'unité Zulfikar, à cinq ans et demi de prison pour ces crimes.

Handanovic avait plaidé coupable et a témoigné contre Dzeko. Elle aussi avait fui aux États-Unis après la guerre et avant d'être extradée en décembre 2011.

Six autres anciens membres de l'unité Zulfikar, dont son commandant, Zulfikar Alispago, sont jugés séparément pour les crimes commis à Trusina.

Bien qu'alliés contre les forces serbes de Bosnie pendant le conflit intercommunautaire (1992-95), les Croates et les Musulmans de Bosnie se sont fait la guerre pendant onze mois, en 1993 et 1994, dans le centre et le sud du pays.

Dans la journée, le Parquet chargé de crimes de guerre a inculpé deux anciens membres des forces musulmanes et un ancien membre des forces croates de Bosnie pour leur participation à l'exécution de plus de 90 civils serbes dans la région de Trnovo (est) durant les premiers mois du conflit.

Ils sont inculpés d'avoir participé à une "entreprise criminelle commune" dont l'objectif avait été de "tuer des civils serbes dans les villages des alentours de Trnovo", lit-on dans un communiqué.

La guerre de Bosnie a fait 100.000 morts et 2,2 millions de réfugiés et déplacés, soit la moitié de la population locale d'avant le conflit.

rus/cn/fw

PLUS:hp