NOUVELLES

Bill Clinton risquait d'être dans l'eau chaude au Vietnam, en 2000

06/06/2014 08:47 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - Alors que Bill Clinton se préparait au premier voyage d'un président américain au Vietnam depuis la guerre, des conseillers de la Maison-Blanche craignaient les groupes d'anciens combattants et cherchaient à esquiver les questions en lien avec le fait que M. Clinton a évité d'aller servir sous les drapeaux quand il était jeune, révèlent des documents récemment dévoilés.

L'ex-président a entamé ce voyage lourd de signification politique vers la fin de son deuxième mandat, en novembre 2000, concluant ainsi ses efforts pour transformer les relations avec le Vietnam, 25 ans après la fin du conflit lors du retrait américain.

Des documents remontant à l'administration Clinton publiés vendredi par les Archives nationales comprennent une version brouillon d'une note provenant du conseiller à la sécurité nationale Samuel Berger et de la conseillère présidentielle Stephanie Streett, où tous deux suggèrent au président des méthodes pour gérer les nombreuses questions sur sa non-participation à la guerre. La délicate question l'a poursuivi dès sa première campagne à la présidence, en 1992.

Les conseillers proposaient que M. Clinton réponde que des gens de bonne foi avaient différentes opinions sur la guerre, et avaient pris diverses décisions à l'époque. Et, disaient-ils, le président devrait insister sur le fait que «ce voyage ne concernait pas personnellement le président, mais portait plutôt sur les intérêts du pays».

Ces mêmes conseillers mettaient aussi en garde contre le fait que des groupes de vétérans surveilleraient le tout de très près pour voir si M. Clinton utilisait ce voyage comme une «mission de guérison», ou pour plutôt «s'assurer une place dans les livres d'histoire».

Le document demande ainsi de ne pas faire mention d'excuses nationales auprès du Vietnam, ou encore de parler de compensation.

«Toute mention d'une excuse sera vue comme une trahison par ceux qui s'y sont battus, indique la note. Toute mention de compensation sera saisie au vol par le gouvernement vietnamien et leurs demandes seront sans fin.

Hillary Clinton a accompagné son conjoint au Vietnam en tant que première dame; une décennie plus tard, elle y retournerait comme secrétaire d'État.

PLUS:pc