NOUVELLES

Ukraine: à Doljanski, un poste-frontière aux mains des séparatistes

05/06/2014 11:41 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Le drapeau ukrainien a disparu du poste-frontière ukrainien de Doljanski, face à la Russie: abandonné à l'aube, il est le premier à être passé sous le contrôle des séparatistes prorusses, qui multiplient les assauts contre les gardes-frontières.

"Les gardes-frontières ukrainiens, qui étaient une cinquantaine, ont abandonné leur poste vers 5 heures ce matin. On nous a averti qu'il y avait des explosions près de la frontière. En arrivant sur place, nous avons vu que les gardes-frontières avaient quitté les lieux et fait exploser leurs munitions avant de partir", a raconté à l'AFP le commandant d'un groupe de combattants prorusses, Vitaly Blizniouk.

"Des centaines de personnes passent la frontière chaque jour vers la Russie, par peur des combats. Les gardes-frontières laissaient passer les gens, mais pas les véhicules. Nous leur avons fixé un ultimatum hier pour qu'ils se comportent autrement. Ils sont partis ce matin", affirme-t-il.

Deux autres postes-frontières de la région sont tombés de la même façon aux mains des forces armées de la "République populaire de Lougansk" autoproclamée en mai par les prorusses dans l'est de l'Ukraine: Tchervonopartyzansk et Tchervona Mogyla. Les séparatistes ont affirmé en avoir pris d'autres et des combats étaient en cours jeudi après à Marynivka, un peu plus au sud, dans la région de Donetsk.

La direction des gardes-frontières de la région de Lougansk a indiqué de son côté que les trois postes-frontières "ont été fermés après des échanges de coups de feu".

Jeudi après-midi, une dizaine de combattants prorusses contrôlaient le poste de Doljanski sur lequel ne flotte plus le drapeau ukrainien et par lequel passaient des véhicules dans les deux sens. Plusieurs personnes franchissaient la frontière à pied, trainant une valise ou portant un sac, pour chercher refuge en Russie.

-"c'est dangereux ici"-

Les combattants séparatistes avaient lancé de multiples attaques contre les postes-frontières entre l'Ukraine et la Russie ces dernières semaines, sans jamais réussir à s'emparer d'un seul.

Après avoir multiplié les appels au secours et aux renforts, qui ne sont jamais venus, les gardes-frontières ont fini par céder.

Les autorités ukrainiennes ont dénoncé régulièrement le passage clandestin de la frontière d'hommes et de matériel venus de Russie pour soutenir les séparatistes. Ces passages pourront désormais se faire sans problème via les postes-frontières abandonnées.

Les réfugiés, qui affluent par milliers selon Moscou (ce que dément Moscou) ont également le champ libre.

"Je vais moi aussi envoyer ma femme et mes cinq enfants en Russie. C'est dangereux ici. Un avion a bombardé il y a quelques jours une de nos bases à trois kilomètres d'ici", indique le "commandant" Blizniouk, en estimant à plusieurs centaines par jour le nombre de personnes qui passent la frontière dans la région pour se réfugier en Russie.

nm/lap/gmo/mr

PLUS:hp