NOUVELLES

Paix en Colombie : les Farc approuvent une éventuelle suppression du service militaire

05/06/2014 12:42 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

La guérilla colombienne des Farc s'est réjouie jeudi de la proposition du président Juan Manuel Santos d'abolir la conscription en cas d'accord de paix, souhaitant que cela ne soit pas seulement une promesse électorale.

"Cette proposition de Santos d'en finir avec le service militaire obligatoire est très importante, c'est une des revendications de la jeunesse colombienne qui rejette la guerre, c'est une mesure nécessaire, pourvu qu'elle ne reste pas une promesse électorale", a affirmé à la presse Ricardo Tellez, un des délégués de la guérilla aux négociations de paix qui se déroulent depuis 18 mois à La Havane.

A dix jours du second tour de la présidentielle, pour lequel il se présente en ballottage difficile, le président Santos a annoncé mercredi la suppression du service militaire en cas d'accord de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

"Dans beaucoup de pays du monde, il n'y a plus de service militaire, la Colombie est en retard de ce point de vue, nous moderniser ainsi serait bon pour le pays, pour le continent, parce qu'en plus la Colombie n'est pas menacée par ses voisins", a jugé Ricardo Tellez.

"Mais nous répétons que nous espérons que cela ne reste pas une promesse démagogique, électorale, mais qu'elle colle à la réalité", a-t-il ajouté.

De son côté, la délégation du gouvernement, qui s'exprime rarement publiquement au cours des sessions de pourparlers, a dénoncé jeudi les interventions des Farc à propos de l'armée colombienne.

"Depuis plusieurs jours, les membres des Farc parlent des forces armées de Colombie, de leur doctrine, de leur budget, d'une diminution de leurs effectifs, et je veux simplement leur rappeler que les forces militaires de Colombie sont les forces légitimes de l'Etat", a souligné le général à la retraite Jorge Enrique Mora, membre de la délégation gouvernementale au processus de paix.

Les forces armées colombiennes "ont l'appui de 70% des Colombiens et ce sont les Farc qui ont déclaré la guerre à l'Etat colombien et semé le désespoir dans les campagnes", a ajouté l'ancien officier.

"La seule chose qui est sûre, c'est que nous sommes ici dans un processus de fin de conflit avec les Farc, afin qu'elles réintègrent la société colombienne, fassent partie du système démocratique colombien, démobilisent et rendent leurs armes", a conclu le délégué du gouvernement.

fj-jhd/hdz/bds

PLUS:hp