NOUVELLES

La Turquie va interdire l'alcool sur le site de la bataille de Gallipoli

05/06/2014 10:33 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Les députés turcs s'apprêtent à interdire la consommation d'alcool sur le site de la bataille de Gallipoli, pendant la Première guerre mondiale, fréquenté par de nombreux touristes australiens et néo-zélandais, a-t-on appris mardi de source parlementaire.

Mercredi, une commission du Parlement a approuvé un projet de loi présenté par le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir qui transforme le statut juridique de cette presqu'île du nord-ouest de la Turquie qui longe le détroit des Dardanelles de parc national en aire historique, où la loi turque interdit formellement l'alcool.

Le parti du Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan disposant de la majorité absolue, le vote du texte, qui prévoit une amende de 5.000 livres (2.380 dollars ou 1.750 euros) pour les contrevenants, s'annonce comme une formalité.

Dans la foulée d'autres lois récentes restreignant la vente, la consommation ou la publicité des boissons alcoolisées, le ministre de la Culture Ömer Celik a tenté de justifier ce projet par la nécessité de "respecter les normes internationales".

L'opposition a dénoncé la mesure, jugée discriminatoire.

"Boire du vin fait partie de leur culture, de leurs traditions", a regretté un député du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), Ali Saribas.

"Ces gens viennent ici depuis des années et n'ont jamais provoqué de problèmes avec nos populations. Soit ils ne vont plus venir, soit ils vont cacher leurs bouteilles de vin ou de bière, ce qui va rendre la Turquie ridicule", a-t-il déclaré à l'AFP.

L'opposition reproche à l'AKP de M. Erdogan, au pouvoir depuis 2002, sa dérive autoritaire et sa volonté d'"islamiser" la société turque, de tradition laïque depuis la fondation de la République en 1923. Ces critiques ont largement alimenté la fronde antigouvernemntale qui a secoué le pays il y a an un.

Le 25 avril 1915, 60.000 Australiens et Néo-zélandais, membres d'un corps expéditionnaire franco-britannique, ont débarqué à Gallipoli avec l'objectif de prendre Constantinople, la capitale de l'Empire ottoman allié de l'Allemagne.

Après neuf mois d'une bataille effroyable qui a fait, selon les historiens, 500.000 morts et blessés dans les deux camps, les soldats du Corps armé australien et néo-zélandais (Anzac) ont été contraints de battre en retraite.

Cette bataille, une date primordiale de l'histoire de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, est commémorée chaque année sur place par des milliers de ressortissants des deux pays.

dg-pa/mr

PLUS:hp