NOUVELLES

La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie porte sa cause en appel

05/06/2014 05:42 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

KHARTOUM, Soudan - La mère de deux enfants condamnée à mort au Soudan pour avoir refusé de renoncer à sa foi chrétienne après avoir supposément tourné le dos à l'islam porte sa cause en appel, a annoncé son avocat.

L'appel réclame la libération de Meriam Ibrahim et affirme que la cour qui l'a jugée a commis des «erreurs de procédure», a indiqué son avocat, Eman Abdul-Rahim, à l'Associated Press tard mercredi soir.

Mme Ibrahim a été condamnée à mort pour apostasie le mois dernier à Khartoum pour avoir supposément abandonné l'islam au profit du christianisme. Elle maintient que son père musulman a quitté le foyer familial quand elle était enfant et qu'elle a été élevée par sa mère éthiopienne de confession chrétienne orthodoxe. En vertu des lois soudanaises, les enfants doivent obligatoirement adopter la religion de leur père.

Mme Ibrahim a épousé un chrétien du Soudan du Sud dans une église en 2011. Comme dans plusieurs pays musulmans, les femmes musulmanes soudanaises n'ont pas le droit de se marier avec des non-musulmans, même si les hommes peuvent épouser une femme d'une autre foi.

Meriam Ibrahim a un fils de 18 mois, Martin, qui vit avec elle en prison. La semaine dernière, elle a donné naissance à son deuxième enfant.

Une vidéo obtenue par l'Associated Press montre Mme Ibrahim, son nouveau-né et le petit Martin dans l'hôpital de la prison où elle a accouché. Semblant détendue, la femme est assise sur le lit et allaite son bébé, avec Martin à ses côtés.

Amnistie internationale a condamné la peine imposée à Mme Ibrahim, la qualifiant d'«odieuse». Le département d'État américain s'est dit «profondément troublé» par la situation.

PLUS:pc