NOUVELLES

La Bourse de Toronto clôture sans guère de changement par rapport à la veille

05/06/2014 05:02 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé sans guère de changement par rapport à la veille, jeudi, alors que la Banque centrale européenne (BCE) a adopté des mesures afin de faire face à la menace d'une déflation et d'insuffler de l'énergie à une faible reprise économique.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a terminé la journée en hausse de 3,39 points, à 14 800,18 points, après que la BCE eut annoncé avoir abaissé son taux d'intérêt débiteur de 10 points de base, à 0,15 pour cent. La banque européenne a également retranché 10 points de base au taux d'intérêt de la facilité de dépôt, à moins 0,10 pour cent.

Faire payer les banques souhaitant confier des fonds à la BCE est une mesure inhabituelle visant à inciter les établissements bancaires à prêter de l'argent plus qu'à en déposer.

Le dollar canadien a clôturé en hausse de 0,08 cent US, à 91,5 cents US.

Les indices boursiers américains ont aussi terminé en hausse, la BCE ayant également indiqué vouloir offrir aux banques des prêts à long terme à de très faibles taux d'ici 2018, et ajouté songer à d'autres mesures non conventionnelles pour augmenter l'inflation si elle demeure peu élevée.

Deux nouvelles marques ont été établies à Wall Street, où la moyenne Dow Jones des 30 valeurs industrielles a gagné 98,58 points, à 16 836,11 points, tandis que l'indice de référence S&P 500 avançait de 12,58 points, à 1940,46 points. L'indice composé du Nasdaq n'a pas battu de record, mais il a quand même grimpé de 44,59 points, à 4296,23 points.

Les observateurs s'attendaient à ce que la BCE agisse pour empêcher la zone euro de sombrer dans une spirale de déflation qui étoufferait la croissance. Les craintes d'une déflation ont augmenté plus tôt cette année, lors de la publication de données montrant que l'inflation a été de 0,5 pour cent dans la zone euro en mai, en baisse par rapport au taux de 0,7 pour cent du mois précédent.

«Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une surprise (...) ce qu'ils font semble certainement approprié compte tenu du contexte économique», a affirmé Tim Caufield, l'un des dirigeants du Fonds d'actions canadiennes Franklin Bissett, à Calgary.

«L'accent va maintenant être mis sur les emplois non agricoles afin d'avoir une idée de la façon dont les choses progressent aux États-Unis», a ajouté M. Caufield.

Ces données doivent être dévoilées vendredi. Les économistes estiment qu'environ 219 000 emplois ont été créés en mai au sud de la frontière, à la suite d'un gain de 288 000 emplois le mois précédent.

Les données sur l'emploi au Canada en mai seront également connues vendredi. Les spécialistes prévoient que quelque 21 000 emplois ont été créés le mois dernier, à la suite de la perte de 29 000 postes en avril.

PLUS:pc