NOUVELLES

Indonésie: des prostituées manifestent contre la fermeture d'un quartier chaud

05/06/2014 07:37 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Plus d'un millier de prostituées en mini-jupes et hauts moulants, dissimulant leur visage pour ne pas être identifiées, ont manifesté jeudi en Indonésie contre un projet de fermeture de l'un des plus grands quartiers chauds d'Asie du Sud-Est.

Le district "Dolly" de Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, est un haut lieu de la prostitution depuis des décennies, en grande partie laissé à lui-même par les autorités.

Mais le nouveau maire de la ville a lancé une croisade contre le quartier de la prostitution et promis de fermer d'ici au 18 juin ce lieu dont le nom provient d'une Néerlandaise qui exploitait un bordel durant l'époque coloniale néerlandaise de l'Indonésie.

Cependant, de nombreuses femmes travaillant à "Dolly", qui offrent souvent leur services en posant derrière des vitrines bien éclairées, craignent de ne plus pouvoir gagner leur vie si le projet est mis en oeuvre.

Quelque 1.200 prostituées ont défilé dans le quartier jeudi, en criant "non à la fermeture de Dolly" et "protégez nos droits", a constaté un correspondant de l'AFP.

Elles ont ensuite écrit une lettre de protestation au président Susilo Bambang Yudhoyono et à la commission nationale des droits de l'homme.

"Ces femmes n'ont pas d'autre choix que de travailler dans l'industrie du sexe pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille", a déclaré Anisa, d'une ONG locale soutenant les prostituées.

"Elles ne peuvent pas trouver un autre travail car elles sont peu qualifiées et ont un faible niveau de scolarité", a ajouté Anisa.

Le maire de Surabaya, Tri Rismaharini, a promis aux prostituées une aide financière et indiqué que les autorités locales allaient leur enseigner de nouvelles compétences, telle la fabrication de jouets en bois.

str-aa/sr/bfi/fw

PLUS:hp