NOUVELLES

Indonésie: des milliers de mineurs de Newmont au chômage technique

05/06/2014 06:32 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Des milliers d'ouvriers d'une mine de Newmont en Indonésie ont été mis au chômage technique, a annoncé jeudi le groupe minier américain invoquant un cas de force majeure dû à une réglementation récente qui restreint les exportations.

Newmont, l'un des plus grands exploitants de mines en Indonésie, avait annoncé mardi qu'il cessait la production d'or et de cuivre à sa mine de Batu Jihau (centre), en raison de la nouvelle réglementation.

Celle-ci avait été décrétée dans le cadre d'une montée du "nationalisme des ressources" par lequel l'immense archipel entend tirer un plus grand profit de sa grande richesse en ressources naturelles.

Première économie d'Asie du Sud-Est, l'Indonésie entend ainsi contraindre les compagnies minières à raffiner sur place, afin d'accroître les retombées économiques pour le pays émergent où la moitié des quelque 250 millions d'habitants vit avec moins de deux dollars par jour.

Mais très peu de compagnies minières se sont lancées dans la construction très coûteuse de raffineries, arguant que cela n'était pas rentable dans un contexte de surproduction, et parfois de baisse des cours.

Newmont a indiqué que 80% des 4.000 salariés de la mine de Batu Jihau, sur l'île de Sumbawa, seraient au chômage technique avec un salaire réduit à partir de vendredi.

Le groupe minier n'a "pas d'autre choix que de recourir à la force majeure", a déclaré le directeur des activités en Indonésie, Martiono Hadianto.

Le recours à la force majeure est une disposition légale permettant à une société de ne pas honorer les contrats avec ses clients lorsqu'elle se retrouve dans une situation qui échappe à son contrôle.

La nouvelle réglementation introduite en janvier avait suscité une vive opposition des investisseurs locaux et étrangers qui brandissaient la perte de dizaines de milliers d'emplois et de précieuses rentrées fiscales en cas de mise en oeuvre de l'interdiction.

Les années d'atermoiements et le va-et-vient incessant des autorités ont suscité une profonde confusion et une vive incertitude sur les marchés, en particulier pour l'étain et le nickel.

olr/sr/bfi/fw

PLUS:hp