NOUVELLES

Grand Prix F1 Montréal - Jenson Button ne songe pas à la retraite

05/06/2014 03:11 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT
AP
McLaren Mercedes driver Jenson Button of Britain reacts after he clocked the fastest time during the qualifying session, ahead of Sunday's Belgian Formula One Grand Prix in Spa-Francorchamps, Belgium, Saturday, Sept. 1, 2012. (AP Photo/Yves Logghe)

MONTRÉAL - Jenson Button, l'un des pilotes les plus âgés du plateau de Formule Un cette saison à 34 ans, ignore toujours ce que l'avenir lui réserve, mais une chose est certaine, sa passion pour le sport automobile ne se dément toujours pas.

«Je me sens encore très jeune de coeur, plus en forme que jamais, et j'ai toute cette expérience, a commenté le champion du monde en 2009. Je suis dans une bonne position et je crois que j'ai encore beaucoup à donner à la Formule Un. Je ne considère de toute évidence pas mettre un terme à ma carrière. C'est ma vie, et c'est ça que je veux continuer de faire.»

Button, qui occupe présentement le huitième rang du classement des pilotes avec 31 points, écoule présentement la dernière année d'un contrat qui le lie à McLaren. Le vétéran, qui a déjà été le coéquipier de Jacques Villeneuve chez BAR-Honda, semble ralentir cette saison. Il a notamment été battu, en qualifications et en course, par son coéquipier, la recrue Kevin Magnussen, lors du Grand Prix d'Australie en janvier.

Cependant, à en juger par les commentaires élogieux du directeur de l'écurie, Éric Boullier, dans un communiqué émis à l'aube du Grand Prix du Canada, il semble que l'année d'option prévue à son contrat pour 2015 sera exercée. Boullier a notamment vanté «la qualité de son dévouement, de son expérience et de son rôle d'ambassadeur». Le principal intéressé s'est toutefois montré évasif lorsqu'on lui a demandé où en étaient les pourparlers contractuels.

«Il n'y a aucun progrès à rapporter. Mais c'est simplement comme ça que ça fonctionne. Nous sommes ici, nous avons déjà passé quatre années ensemble. Nous en sommes à la cinquième année. Et nous voulons tous les deux continuer de travailler ensemble, mais ce n'est pas le bon moment. Nous avons beaucoup de pain sur la planche avant de pouvoir commencer à penser à l'avenir. Nous sommes en bonne position en ce moment et vous savez, je crois que mon expérience aide beaucoup.»

Pour l'instant, McLaren ne peut rivaliser avec les écuries de pointe, telles que Mercedes, Red Bull et Ferrari, mais Button est optimiste pour le reste de la saison. Après avoir inscrit des points lors des deux premières manches de la saison, en Australie et en Malaisie, il a été incapable d'inscrire des points lors des trois suivantes, avant de terminer sixième au Grand Prix de Monaco, il y a deux semaines.

«Ouais, de l'extérieur notre saison cette année n'a pas l'air spectaculaire, et on pourrait même dire qu'elle est très semblable à celle de l'an dernier, mais c'est très différent, a-t-il assuré. Nos sensations dans la voiture sont bien meilleures. En termes de développement de la voiture, ça marche et nous nous dirigeons dans la bonne voie.

«Mais oui, c'est difficile. Quand tu te battais pour la victoire et que l'équipe était habituée de se retrouver devant le peloton, c'est difficile de se retrouver dans cette situation. Mais les choses changent. Ron (Dennis) est de retour aux commandes, et avec Éric (Boullier), ils font du très bon travail pour qu'on retourne au sommet. Les choses mettent du temps à changer, même si nous travaillons très fort.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Dans les tribunes du Grand Prix de Montréal