NOUVELLES

GB: les médias protestent contre la tenue en secret d'un procès terroriste

05/06/2014 01:44 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Des médias anglais ont annoncé jeudi le lancement d'une procédure pour tenter d'empêcher que le procès de deux terroristes présumés, considéré comme ultra sensible, se déroule à huis-clos complet pour la première fois de l'histoire du pays.

Le Crown Prosection Service (CPS) avance des raisons de "sécurité nationale" pour vouloir instaurer un huis-clos total lors de ce procès, prévu à la fin du mois, où doivent comparaître deux accusés seulement identifiés par les initiales AB et CD et soupçonnés d'avoir planifié des actes terroristes.

La mesure, qualifiée d'exceptionnelle" par le CPS, serait une première dans le système juridique anglais où seules des restrictions partielles sur la manière de rapporter certains procès existaient jusque-là.

Cette fois, le procès se déroulerait entièrement à l'abri des regard du public et de la presse. Plusieurs médias ont fait appel de cette décision devant le tribunal de l'Old Bailey à Londres puisque "le principe séculaire d'une justice ouverte est menacé", comme l'écrit Sean O'Neill, journaliste au Times.

La décision inquiète aussi les défenseurs des droits civiques. "Les dangers de ce genre de procès sont évidents, en termes d'équité et de confiance du public dans le système judiciaire. Cela risque de constituer un précédent très dangereux. Ce n'est tout simplement pas de la justice", a protesté Shami Chakrabarti, directeur de l'association Liberty, au micro de la BBC.

"Il ne faudrait pas tout à coup voir se multiplier les procès secrets. Mais la loi prévoit qu'en de très rares occasions où un procès ou une partie d'un procès ait lieu en privé", a répondu le ministre de la Justice, Chris Grayling, ajoutant que "la décision relève des juges" en qui il dit avoir "totale confiance".

Selon le Times, les juges doivent se prononcer dans les jours qui viennent sur la recevabilité de l'appel déposé par les médias.

jk/dh/jeb

PLUS:hp