NOUVELLES

France: un drapeau révolutionnaire russe historique proposé aux enchères

05/06/2014 12:11 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Un drapeau révolutionnaire russe confectionné à Moscou lors de la révolution de 1905 et sommairement frappé en 1917 de la faucille et du marteau bolcheviques sera proposé aux enchères le 16 juin dans le cadre très aristocratique du château de Cheverny, en France.

Fait d'étamine rouge avec bordures ornées de passementerie à chenilles de fil doré, l'étendard a échoué sur les bords de la Loire au terme d'un périple "rocambolesque" passant par la Crimée, explique le commissaire-priseur Aymeric Rouillac.

Un militant communiste d'Orléans (centre de la France), qui souhaite garder l'anonymat, en a hérité de l'un de ses ancêtres qui avait fraternisé avec un marin russe alors qu'il participait à une hasardeuse expédition française en Crimée pour tenter de faire pièce au bolchevisme après la révolution de 1917.

Le marin bolchevique avait lui-même exhumé la bannière du grenier familial où elle était restée cachée à Moscou, pour rejoindre la marine russe à Odessa, en pleine révolution d'Octobre. C'est lui avait peint en blanc, au pochoir, l'emblème communiste sur la toile rouge ainsi mise au goût du jour soviétique.

Le matelot français, acquis aux idées révolutionnaires, ramena en France la bannière. Après avoir coupé la hampe pour mieux dissimuler la relique, il l'avait reconstituée une fois revenu à Toulon où il était basé, en prenant soin de dissimuler dans le tube en laiton joignant les deux tronçons un document retraçant l'histoire de l'étendard, qui suivit ses propriétaires dans leurs déménagements jusqu'à Orléans.

Me Rouillac reconnaît n'avoir aucune idée de la valeur de ce drapeau tombé l'année dernière entre ses mains par hasard, lors d'une journée d'estimation gratuite. "Il n'y a pas de précédent", commente-t-il.

dro/bar/thm/mr

PLUS:hp