POLITIQUE

Commission Charbonneau: un proche de l'ex-ministre David Whissell faisait du lobbyisme

05/06/2014 01:29 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT
CEIC

L'ex-maire de Saint-Sauveur Michel Lagacé a témoigné à la commission Charbonneau des pratiques de lobbyisme de Christian Côté, un individu proche de l'ex-ministre libéral du Travail David Whissell et dont le nom avait été évoqué par Lino Zambito.

Un texte de Bernard Leduc Courriel

Relire notre blogue en direct

L'ex-maire Lagacé a raconté qu'après avoir attendu en vain pendant deux ans une réponse du ministère de l'Éducation, des Loisirs et des Sports pour une demande de subvention pour une piscine municipale, il apprend de l'attachée politique de la ministre Michèle Courchesne que son dossier doit d'abord avoir l'approbation du ministre responsable de la région des Laurentides, David Whissell.

Le hasard fera que quelques jours plus tard, à l'été 2008, il croise Isabelle Lord, l'attachée politique de M. Whissell. Elle lui fait alors bien comprendre qu'il ne peut pas lui-même défendre son dossier : « Elle me dit : ''c'est pas de même que ça marche, je vais vous présenter quelqu'un" ».

C'est ainsi que, par les soins de l'attachée, il rencontre le 17 septembre à l'hôtel de ville de Saint-Sauveur Christian Côté, de la firme Plania (Dessau).

M. Côté lui fait alors valoir qu'il est un bon ami du ministre Whissell et qu'il aiderait la Ville à obtenir plus facilement la subvention, comme il soutient l'avoir fait pour d'autres maires, notamment Marc Gascon de St-Jérôme. Il appelait M. Whissell « le boss », a dit M. Lagacé. M. Lagacé sera d'ailleurs, lors d'autres rencontres, témoin de nombreux coups de fil entre les deux hommes.

M. Lagacé sera convié dans les semaines suivantes par M. Coté à deux cocktails-bénéfices à 250 $, un pour le ministre Whissell et l'autre pour Isabelle Lord, l'attachée politique - et alors candidate - de M. Whissell, où se trouvait Mme Courchesne.

M. Côté a aussi fait entrer dans le dossier Charles Guindon de Dessau, qui lui offre notamment ses services gratuitement pour réévaluer le coût du projet, que la firme ainsi passer de 6 à 8,7 millions de dollars.

Lorsqu'il fait remarquer à M. Côté que, malgré leur collaboration, rien ne garantit que Dessau remporte l'appel d'offres, le lobbyiste lui lance alors : « Ça, ça s'arrange ».

Le maire, qui n'a pas l'intention d'arranger quoi que ce soit, et qui le signale à son équipe à la mairie, maintiendra malgré tout les contacts pour bénéficier de ses entrées afin d'avoir la subvention.

Dessau ne remportera d'ailleurs jamais d'appels d'offres de la Ville et Christian Côté disparaîtra « dans la brume » au printemps suivant, avec ses vaines promesses de subventions.

C'est finalement le gouvernement du PQ qui lui octroiera une subvention de 3,3 millions de dollars en 2013 pour un projet réévalué à 6,6 millions.

Le nom de Christian Côté avait déjà été cité par Lino Zambito devant la commission Charbonneau. L'ex-entrepreur d'infrabec avait soutenu que M. Côté avait  tenté de lui soutirer 50 000 $ en argent comptant à l'été 2007 pour le financement du Parti libéral du Québec. 

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref