NOUVELLES

Wynne promet que le parti ayant remporté le plus de voix formera le gouvernement

04/06/2014 08:10 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

TORONTO - La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a déclaré mercredi que si les progressistes-conservateurs de Tim Hudak remportaient le plus de sièges aux élections du 12 juin sans toutefois obtenir la majorité, celui-ci aurait le droit de «tenter» de former un gouvernement.

La chef libérale a déclaré à des partisans qu'elle ne tenterait pas de conclure un accord pour se maintenir au pouvoir si un autre parti que le sien remportait une majorité simple la semaine prochaine.

Mme Wynne avait précédemment refusé d'exclure une éventuelle coalition avec les néo-démocrates d'Andrea Horwath pour empêcher les conservateurs de former le gouvernement.

«J'ai travaillé dans un Parlement minoritaire pendant les 16 derniers mois, a déclaré Mme Wynne. Si ce n'est pas ce que le peuple de l'Ontario choisit, nous continuerons de travailler dans un Parlement minoritaire, peu importe quel parti formera le gouvernement.»

Questionnée à répétition sur sa disposition à former une alliance avec le Nouveau Parti démocratique (NPD) face à un gouvernement conservateur minoritaire qui risquerait de tomber rapidement, la chef libérale n'a pas donné de réponse claire.

«Hypothétique. Hypothétique. Hypothétique, a-t-elle dit. Nous faisons campagne pour un mandat fort. Nous espérons un mandat du peuple de l'Ontario.»

Le chef conservateur a déclaré à La Presse Canadienne que ces commentaires représentaient un «changement encourageant» et a suggéré que Mme Wynne avait changé sa position à cause des sondages ou des groupes de consultation.

Lors d'un arrêt de campagne à Ajax plus tôt dans la journée, Tim Hudak a confronté les critiques répétées sur les calculs qui sous-tendent sa promesse de créer un million d'emplois, en affirmant qu'il était persuadé d'avoir raison.

Certains économistes ont laissé entendre que M. Hudak avait confondu la notion d'«années-personnes» avec celle d'emplois permanents, et ses opposants politiques affirment que ses chiffres ne fonctionnent pas.

Le chef conservateur a déclaré devant une petite assemblée partisane que ce débat lui rappelait les discussions qu'il avait lors de ses études supérieures en économie.

«Je maintiens mes chiffres, a-t-il dit. Je vais créer les emplois que je promets.»

De son côté, la chef néo-démocrate a tenté de se distinguer de ses adversaires politiques en affirmant que le plan de son parti pour la province était très différent de ceux des libéraux et des progressistes-conservateurs. La tentative d'Andrea Horwath de présenter son parti comme une solution de rechange valable s'inscrit dans sa volonté de capitaliser sur sa performance lors du débat télévisé de mardi.

«Mme Wynne et M. Hudak proposent les mêmes vieilles solutions», a déclaré Mme Horwath à Toronto durant l'un de ses cinq arrêts de campagne de la journée.

«Notre plan est sensiblement différent des deux autres parce qu'il s'appuie sur les priorités que les gens nous ont mentionnées. Il revient véritablement à l'essentiel. Il respecte l'argent de vos taxes et investit dans vos priorités.»

PLUS:pc