POLITIQUE

L'UPAC perquisitionne le ministère de la Sécurité publique à Québec

04/06/2014 01:06 EDT | Actualisé 04/06/2014 07:25 EDT
Radio-Canada

Des enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont effectué deux perquisitions à Québec, dont l'une dans les bureaux de la Sécurité publique, le ministère même dont l'UPAC relève. Ils ont aussi visité l'entreprise Informatique EBR.

Les policiers ont fouillé le centre de distribution du ministère de la Sécurité publique situé sur la rue Volta, un entrepôt où l'on conserve du matériel, dont des équipements informatiques.

Les agents se sont également présentés au siège social d'Informatique EBR sur le boulevard Jean Perrin, une entreprise qui compte parmi ses clients le ministère de la Sécurité publique, selon son site web.

Par voie de communiqué, le ministère de la Sécurité publique indique qu'il « offre sa pleine et entière collaboration aux enquêteurs ». Il précise que l'enquête a été amorcée par l'UPAC après une dénonciation faite en 2013.

La porte-parole de l'UPAC, Anne-Frédérique Laurence, ne veut pas donner de détails sur les raisons qui motivent ces perquisitions.

Des réactions politiques

L'ancien ministre de la Sécurité publique sous le gouvernement Marois, Stéphane Bergeron, soutient qu'il n'a « rien vu d'étrange » durant son passage au ministère, de septembre 2012 à mars dernier.

« Des montants élevés, oui, mais étranges non. Je ne peux pas aller plus loin. Il n'y a rien qui m'apparaissait à première vue douteux. J'ai l'impression que les forces policières connaissent des choses que, moi, je ne connaissais pas », a commenté le député péquiste.

Le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Bonnardel, demande pour sa part des explications au gouvernement. « C'est extrêmement inquiétant quand on voit que la police enquête sur la police. Dans ces circonstances, je pense que le ministère et le gouvernement devront nous donner des informations sur cette visite impromptue. »

Informatique EBR est une firme de technologies de l'information qui a déjà reçu des contrats du gouvernement du Québec pour l'installation de tableaux blancs interactifs, notamment. Elle a aussi des bureaux à Laval, à Chicoutimi et à Gatineau.

L'entreprise collabore avec les agents, a simplement fait savoir la coordonnatrice des communications chez Informatique EBR, Anne-Julie Gosselin. Le directeur général Mohamed El-Khayat serait à l'extérieur du pays.

La firme fait également affaire avec le secrétariat du Conseil du Trésor, Revenu Québec, le ministère de la Justice et le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques frappes de l'UPAC