NOUVELLES

Roland-Garros - Andy Murray en demi-finales au bout de la nuit

04/06/2014 03:56 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

Andy Murray, tête de série N.7, s'est qualifié pour la deuxième fois de sa carrière pour les demi-finales de Roland-Garros, en battant mercredi après un match fou et dans l'obscurité le Français Gaël Monfils (N.23) en cinq sets 6-4, 6-1, 4-6, 1-6, 6-0

Le Britannique avait déjà été demi-finaliste en 2011, ce qui reste son meilleur résultat à ce jour à Paris. Il a montré énormément de ténacité dans un incroyable cinquième set pour enfoncer Monfils, qui était pourtant revenu de très loin.

Murray affrontera en demie l'Espagnol Rafael Nadal (N.1), octuple vainqueur du tournoi, qui comme en 2013 en finale, avait quelques minutes plus tôt dominé en quatre sets (4-6, 6-4, 6-0, 6-1) son compatriote David Ferrer (N.5).

Ce succès lui permettra de disputer une 14e demi-finale en Grand Chelem, un nouveau record pour un Britannique. Il était jusque-là à égalité avec 13 victoires avec Fred Perry.

L'Ecossais avait rarement paru aussi à l'aise sur terre battue, une surface sur laquelle il n'a encore remporté aucun tournoi, que dans les deux premiers sets.

Comme s'il avait mieux géré la longue attente, ce quart ayant commencé tardivement à cause de la pluie, Murray est apparu beaucoup plus mordant qu'un Monfils étrangement atone.

Le Français, qui avait lui aussi l'occasion de retourner une deuxième fois en demi-finales (après 2008), est resté extrêmement passif pendant deux sets.

Cette stratégie s'est retournée contre lui. Les deux premiers sets ont défilé à toute allure pour Murray, qui a simplement eu du mal à conclure la deuxième manche, à sa 8e balle de set.

Monfils s'est enfin réveillé au début du troisième set, et le public avec lui. Il a écarté deux balles de break d'entrée, mais en a aussi laissé échapper trois sur le jeu d'après.

La bagarre est devenue plus intense, et Monfils, en haussant nettement son niveau de jeu, a réussi à prendre ce troisième set. Il a vite enchaîné avec le quatrième.

Alors qu'on pensait que le superviseur allait décider d'arrêter le match là en raison de la nuit, il a laissé jouer. Malgré l'enthousiasme du public, Monfils a très vite payé les efforts fournis.

Les jeux ont alors défilé si rapidement, le Français étant désormais incapable d'opposer une quelconque résistance, que le superviseur n'a eu d'autre choix que de laisser le match aller au bout, pour se finir alors que le soleil venait tout juste de se coucher sur Paris.

cyb/jgu

PLUS:hp