NOUVELLES

Revenus de retraite: des changements sont nécessaires, selon C.D. Howe

04/06/2014 02:45 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

OTTAWA - L'Institut C.D. Howe estime qu'il faudrait réduire ou éliminer l'obligation pour les retraités de prélever chaque année dans leurs véhicules d'épargne à impôt différé, et soutient que des changements sont nécessaires pour assurer un revenu décent aux personnes âgées.

Alors que le gouvernement fédéral subit des pressions pour réformer le système canadien de régime de retraite, afin d'éviter que les baby-boomers à la retraite et les futures générations ne sombrent dans la pauvreté, William Robson, économiste principal à l'Institut, et Alexandre Laurin, directeur adjoint de recherche, proposent à Ottawa une façon pas trop coûteuse de réduire le fardeau des aînés.

En vertu de la Loi de l'impôt sur le revenu, les personnes âgées doivent retirer chaque année, à partir de 71 ans, un montant minimal de leur fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou autres comptes similaires, dans des ponctions croissantes qui atteignent 20 pour cent à l'âge de 94 ans. Le but de ces retraits obligatoires est d'assurer une source de revenus annuelle régulière aux retraités tout en permettant quand même aux gouvernements de toucher de l'impôt sur des véhicules d'épargne jusque-là à impôt différé — comme le FERR.

Mais bien que les prélèvements obligatoires minimums pouvaient se justifier lorsqu'ils ont été mis en vigueur en 1992, les circonstances ont changé, indique le rapport du groupe de réflexion. Les Canadiens peuvent maintenant s'attendre à vivre plus longtemps, et le rendement sur les investissements n'est plus ce qu'il était.

Le rapport souligne qu'au début des années 1990, un homme de 71 ans pouvait s'attendre à vivre encore 11,2 années, et une femme du même âge pouvait espérer 14,6 années de vie de plus. Aujourd'hui, un homme de 71 ans peut s'attendre à vivre et à avoir besoin d'un revenu régulier pour encore 14,4 années, et une femme du même âge peut s'attendre à vivre encore 16,9 années.

Les rendements sur les investissements sont aussi cruciaux. En 1992, le rendement moyen sur les obligations à long terme du Canada était de 8,5 pour cent, tandis qu'il se situait au début de 2014 à 3,1 pour cent.

La solution, plaident les auteurs du rapport: qu'Ottawa relève l'âge à partir duquel les prélèvements sont obligatoires, ou qu'il réduise l'ampleur de ces prélèvements, afin que les épargnes durent plus longtemps.

M. Laurin croit même que le gouvernement pourrait éliminer purement et simplement les prélèvements obligatoires, et laisser les retraités faire leurs propres choix.

Selon lui, ce genre de politique était plus justifié lorsque le gouvernement fédéral affichait d'importants déficits, mais que désormais, à l'approche de l'équilibre budgétaire, Ottawa pourrait se permettre d'attendre avant de toucher l'impôt sur le revenu des retraités. En fait, Ottawa pourrait même obtenir plus d'impôt sur le revenu en attendant, puisque les fonds d'épargne continueraient de profiter, a soutenu le chercheur Laurin.

PLUS:pc