NOUVELLES

Paix en Colombie : les Farc exigent un changement de la "doctrine militaire"

04/06/2014 11:50 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

La guérilla colombienne des Farc a exigé mercredi un changement de la "doctrine militaire" de la Colombie, sans pour autant réclamer "la tête des généraux", alors que le rôle de l'armée est en question à l'approche du second tour de la présidentielle du 15 juin.

"Nous exigeons un changement de la doctrine militaire, de sécurité et de défense" qui "sont de facture nord-américaine", a affirmé à la presse Andrés Paris, un des délégués des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) aux négociations de paix menées à La Havane depuis novembre 2012.

"Nous ne demandons pas la tête des généraux, nous exigeons que change la doctrine militaire que les généraux ont dans la tête", a-t-il insisté.

"Pour le moment, nous n'avons pas parlé d'une diminution ou d'une disparition d'aucune des deux forces en présence", l'armée et la guérilla, a ajouté de son côté Jesus Santrich, autre délégué de la guérilla.

"Il y aura sûrement un moment où il faudra en parler, mais pour le moment nous n'y sommes pas, et encore moins des emplois de quelque secteur de la société qui soit", a-t-il assuré.

Le président colombien Juan Manuel Santos, qui a initié le processus de paix et se trouve en ballottage difficile avant le deuxième tour de la présidentielle du 15 juin face à Oscar Ivan Zuluaga, ferme adversaire de la paix avec les Farc, a promis la fin de la conscription militaire en cas d'accord de paix avec les Farc.

Les deux parties poursuivent leurs négociations de paix durant la campagne électorale colombienne, et traitent du quatrième des six points de leur ordre du jour, les dédommagements aux victimes de ce conflit d'un demi-siècle.

Lé délégation du gouvernement s'est, comme à son habitude, abstenue jeudi de toute déclaration à la presse.

fj-jhd/hdz/bir

PLUS:hp