NOUVELLES

Opel veut accroître sa part de marché européenne d'ici 2022

04/06/2014 07:35 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

Le constructeur automobile allemand Opel, filiale en difficulté du géant américain General Motors (GM), a annoncé mercredi vouloir accroître sa part de marché en Europe d'ici à 2022.

Opel et sa marque jumelle britannique Vauxhall comptent atteindre d'ici là une part de marché en Europe de 8% en incluant la Russie et la Turquie, contre 5,8% actuellement, et de 10% en Allemagne contre 7,2% aujourd'hui, a indiqué le constructeur de Rüsselsheim, près de Francfort (ouest).

Cela doit permettre à Opel de se hisser à la deuxième place du podium sur le Vieux continent, où il était en 2013 numéro trois derrière Volskwagen et Ford.

Le constructeur vise également à cette échéance une marge d'exploitation de 5%.

En 2013, GM avait annoncé l'investissement de 4 milliards d'euros dans Opel/Vauxhall afin de remettre sur les rails ces marques qui accumulent les pertes depuis plusieurs années.

Cet engagement de la maison mère était la contrepartie des sacrifices consentis par les salariés d'Opel en Allemagne via le plan d'avenir "Drive 2022", qui prévoit notamment l'arrêt de la production automobile dans l'usine de Bochum (nord-ouest) à la fin de l'année et un gel des hausses de salaires.

Ce plan s'accompagne d'une offensive produits, avec le lancement de 27 modèles et 17 nouveaux moteurs entre 2014 et 2018, et d'une refonte de l'image ternie du constructeur.

Opel est parvenu à diviser par deux ses pertes en 2013 et entend toujours renouer avec les bénéfices "d'ici le milieu de la décennie".

L'entreprise s'attend à une année 2014 "exigeante", marquée par des progrès sur le plan opérationnel mais aussi une forte volatilité des devises et des charges importantes liées à la fermeture du site de Bochum, qui emploie plus de 3.000 personnes.

esp/oaa/jh

GENERAL MOTORS

PLUS:hp