NOUVELLES

Manifestations devant le parlement pour dénoncer le traitement des vétérans

04/06/2014 12:56 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Quelques dizaines d'anciens combattants se sont regroupés, mercredi, sur la colline parlementaire à Ottawa, pour protester contre le traitement que leur fait subir leur ministère. Et ils comptent y revenir tous les jours jusqu'à ce que les élus partent en congé d'été.

Selon les organisateurs de cet événement baptisé «Rock the Hill», le ministère des Anciens Combattants s'évertue à compliquer les démarches des vétérans afin de les décourager.

«Ils ont une mentalité de compagnie d'assurance. Ils savent que si vous exigez des étapes assez compliquées (...), peut-être 10 pour cent iront jusqu'au bout», a illustré Linda Magill, au cours d'une conférence de presse au premier jour de manifestation.

Mme Magill a elle-même servi dans les Forces armées, mais elle se bat maintenant pour son conjoint, qu'elle décrit comme lourdement handicapé et souffrant du syndrome du stress post-traumatique (SSPT).

«Si vous ne pouvez pas vous payer les soins aux blessés, vous ne pouvez pas vous payer une guerre», a lancé David MacLeod, présent au même point de presse.

M. MacLeod et d'autres anciens combattants ont détaillé leurs frustrations, multipliant les exemples de lourde bureaucratie. Ils ont dit vouloir parler directement aux Canadiens pour les sensibiliser, ne cherchant plus à convaincre le ministre Julian Fantino ni le premier ministre Stephen Harper.

Aux manifestations des prochains jours, Rob Gallant, l'organisateur principal de cet événement, espérait 2500 personnes, certaines venant d'aussi loin que de Terre-Neuve-et-Labrador ou de Colombie-Britannique. On était loin du compte, mercredi après-midi.

L'épouse d'un vétéran qui a fait parler d'elle la semaine dernière était cependant présente. Jeudi dernier, Jenifer Migneault a tenté d'intercepter, sans succès, le ministre Fantino à sa sortie d'un comité parlementaire. Elle réclame de l'aide pour les conjoints des anciens combattants qui souffrent de stress post-traumatique.

Mercredi matin, elle et son conjoint ont été invités au caucus du NPD pour raconter leur histoire. À sa sortie de cette réunion, Mme Migneault a dit qu'elle n'a pas relancé le ministre Fantino.

«Est-ce que je méritais de rencontrer M. Fantino? Je ne le sais pas, a-t-elle dit. C'est beaucoup d'efforts pour moi, vous savez, d'être ici. C'est ça. Je suis fatiguée, moi aussi.»

PLUS:pc