NOUVELLES

Le maire de Venise est arrêté lors d'une vaste rafle contre la corruption

04/06/2014 09:47 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

VENISE, Italie - Le maire de Venise et une trentaine d'autres personnes ont été arrêtées mercredi lors d'une vaste rafle anticorruption contre des politiciens qui auraient financé leurs campagnes électorales à l'aide de 25 millions d'euros en pots-de-vin obtenus du consortium qui construit les barrières sous-marines qui doivent protéger la ville des inondations.

Le directeur du consortium a été assigné à résidence l'an dernier, lors d'une phase antérieure de l'enquête. Lui et d'autres sont accusés d'avoir créée une caisse noire de 25 millions d'euros à l'étranger, dans le but de soudoyer des politiciens qui auraient ensuite profité de ces fonds autant à des fins personnelles que pour financer leurs campagnes, a dit le procureur Carlo Nordio.

Cette affaire ressemble à celle qui a fait chuter toute une classe politique il y a 20 ans.

«Certains des joueurs sont les mêmes, a dit M. Nordio, qui avait participé aux enquêtes des années 1990. Ce système, toutefois, est nettement plus sophistiqué et plus difficile à cerner.»

Le financement illégal se serait déroulé autant au niveau municipal que régional que national, selon les procureurs. Le maire Giorgio Orsoni a été assigné à résidence et accusé de financement politique illégal. Une trentaine d'autres personnes sont notamment accusées de corruption et de fraude fiscale.

L'avocat d'Orsoni a diffusé un communiqué dans lequel il nie toute malversation.

Deux autres personnes, dont l'ancien ministre de l'Agriculture Giancarlo Galan, sont des parlementaires et leur arrestation nécessitera un vote du Parlement.

La caisse noire a été créée par un système de surfacturation, souvent pour des services inexistants ultimement défrayés par les contribuables qui financent cet ambitieux projet de barrières.

«C'est doublement grave parce que en bout de compte, ce sont les citoyens qui payaient les pots-de-vin», a dit M. Nordio.

Le coût du projet baptisé «Moïse» s'établit maintenant à 5 milliards d'euros, soit nettement plus que les estimations initiales. Le projet est complet à 80 pour cent et l'enquête ne devrait avoir aucun impact sur la poursuite des travaux, selon les procureurs. Le système devrait être opérationnel en 2016.

Nommées en l'honneur du personnage biblique qui a ouvert la mer Rouge, les barrières Moïse sont conçues pour être élevées de manière à empêcher l'inondation des trésors architecturaux de Venise, dont la Piazza San Marco, lors des fréquentes marées hautes.

PLUS:pc