NOUVELLES

Harper tente de relancer l'accord de principe de libre-échange avec l'UE

04/06/2014 03:57 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

BRUXELLES - Le premier ministre Stephen Harper a rencontré mercredi le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, à Bruxelles, vraisemblablement pour tenter de relancer l'entente de principe sur un accord de libre-échange avec l'Union européenne.

Il s'agissait de la première rencontre de M. Harper dans la capitale européenne peu après son arrivée de la Pologne, environ une heure avant l'ouverture officielle du sommet du G7, en soirée. Le premier ministre s'était aussi rendu à Bruxelles en octobre dernier pour une cérémonie de signature de l'entente de principe avec M. Barroso.

M. Harper voudra certainement favoriser des progrès vers l'obtention d'un document final de l'entente de libre-échange, connue sous le nom d'Accord économique et commercial global (AÉCG).

Certains irritants majeurs qui avaient déjà paralysé les négociations depuis quatre ans ont refait surface ces dernières semaines. Selon des documents de l'UE, il s'agit notamment d'un différend sur la protection des droits de propriété intellectuelle dans le secteur pharmaceutique.

Le gouvernement Harper a soutenu qu'il était simplement question de fignoler les détails du texte de l'entente, et qu'il n'y avait pas de désaccord important. Le cabinet du premier ministre a indiqué, mercredi, que les dirigeants étaient «satisfaits de voir le processus pour finaliser l'entente demeurer sur la bonne voie», et convenaient de demeurer en contact de façon régulière.

Une entente bloquée ou sabordée serait néfaste politiquement pour M. Harper, qui perçoit une entente globale avec le bloc de 28 pays de l'UE comme la pièce centrale d'une série d'accords de libre-échange beaucoup plus modestes.

Le paysage politique a changé depuis les échanges fructueux entre MM. Harper et Barroso l'automne dernier. Non seulement l'UE se concentre désormais sur une ronde de négociations de libre-échange avec les États-Unis, mais les élections du 25 mai au Parlement européen ont été marquées par des gains de partis loin d'être favorables à plus d'intégration économique.

PLUS:pc