NOUVELLES

Eugenie Bouchard prête à livrer une belle bataille à son idole de jeunesse

04/06/2014 02:08 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

PARIS - Eugenie Bouchard avait Maria Sharapova comme idole de jeunesse, quand elle a commencé à pratiquer le tennis. La voilà maintenant confrontée à son idole en demi-finale d'un tournoi du grand chelem.

Bouchard et Sharapova vont s'affronter aux Internationaux de France, jeudi, avec comme enjeu une place pour le match de championnat du volet féminin.

La vedette russe possède un net avantage sur le plan de l'expérience, mais Bouchard a démontré par son jeu sur le terrain qu'elle ne s'en laissera pas imposer.

«Je la respecte c'est sûr, affirme Bouchard. Mais nous sommes en demi-finale d'un tournoi majeur, je ne la mettrai pas sur un piédestal et je vais lui livrer une belle bataille.

«Je vais tout donner, me concentrer sur ce que je dois faire et faire de mon mieux pour l'emporter.»

Sur le compte Twitter de Bouchard, on peut voir deux photos d'elle en compagnie de Sharapova, incluant une datant de 2002 prise lors d'un tournoi à Miami au moment où Sharapova était une vedette montante du tennis féminin et Bouchard une jeune spectatrice admirative.

Sharapova, septième tête de série et quadruple championne d'un tournoi du grand chelem, montre une fiche de 2-0 contre Bouchard. Elle a vaincu la championne junior de Wimbledon à Miami et au deuxième tour à Roland Garros, l'an dernier.

Aux yeux de Bouchard, Sharapova représente rien de plus qu'une formidable rivale sur terre battue. La Québécoise âgée de 20 ans a dit ignorer les comparaisons qu'on établit entre la Russe âgée de 27 ans et elle.

«Elle est bien entendu une grande championne. D'être donc perçue comme la successeure d'une quadruple championne en grand chelem et d'une ancienne numéro un mondiale, c'est un compliment, a-t-il avancé. Mais d'un autre côté, je suis différente et je veux être moi-même sur le terrain. J'essaie d'accomplir ce que je veux, et d'être reconnue pour ça.»

L'entourage de Sharapova fait de l'excellent travail afin de l'isoler des autres joueuses sur le circuit professionnel, ce n'est donc pas surprenant que toutes deux ne soient pas proches.

«Nous ne sommes pas des amies, a souligné Bouchard. Quand j'étais petite, c'était mon modèle et je me rappelle d'avoir regardé à la télévision les finales à lesquelles elle a pris part à Wimbledon.

«Je me disais que ce qu'elle faisait était très `cool' et je voulais l'imiter plus tard.»

Ce qui l'intéressait particulièrement comme enfant, c'était de s'attarder au style de jeu de joueuses plus âgées.

«Ce qui m'avait initialement frappée chez elle, c'étaient les belles jupes qu'elle portait et d'autres trucs semblables, a-t-elle évoqué. Mais d'avoir accompli tout ce qu'elle a fait, elle doit être très forte psychologiquement.

«C'est un de ses principaux atouts je crois. Je devrai être prête pour une autre dure bataille. Rendue à ce stade d'un tournoi majeur, il ne peut pas en être autrement. J'ai hâte de m'attaquer au défi.»

Bouchard, de Westmount, au Québec, va prendre part à une deuxième demi-finale d'un tournoi majeur d'affilée. Au début de l'année, elle a perdu contre l'éventuelle championne Li Na aux Internationaux d'Australie.

La 18e tête de série vient de signer une impressionnante victoire en quart de finale contre l'Espagnole Carla Suarez Navarro.

Bouchard a été la troisième Canadienne qui a atteint les quarts de finale à Roland Garros après Carling Bassett-Seguso (1984, 1986) et Helen Kelesi (1988, 1989). Bouchard et Bassett-Seguso sont les seules qui ont accédé aux demi-finales d'un tournoi majeur (Bassett-Seguso, aux Internationaux des États-Unis en 1984).

Sharapova en sera à 18e présence en demi-finale d'un tournoi majeur. Elle a perdu en demi-finale à Roland Garros en 2011, avant de l'emporter l'année suivante pour compléter le grand chelem de conquêtes. Sharapova a perdu en finale contre Serena Williams, l'an dernier.

PLUS:pc