NOUVELLES

Des dessins et poèmes de John Lennon vendus à forts prix lors d'un encan

04/06/2014 03:01 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Des dessins fantaisistes, des poèmes et un recueil de nouvelles issus de deux livres humoristiques produits par John Lennon durant les années 60 ont généré de spectaculaires surenchères mercredi, incluant un montant de 209 000$ pour une parodie de neuf pages de Sherlock Holmes.

Le manuscrit, intitulé «The Singularge Experience of Miss Anne Duffield», s'est avéré l'article le plus dispendieux de l'encan, alors que les estimations prévoyaient qu'il se vendrait entre 50 000$ et 70 000$.

Le matériel mis en enchère avait été créé pour deux livres très prisés que Lennon a publiés au sommet de la popularité de la Beatlemania. Selon Sotheby, chacun des 89 articles ont été vendus, et 83 pour cent des lots ont recueillis des sommes supérieures aux estimations précédant l'encan.

«In his Own Write» est une collection de 31 nouvelles et poèmes comptant de multiples jeux de mots et de fautes d'orthographe, publiée en 1964. Les critiques de livres en ont fait l'éloge et ont comparé Lennon à Lewis Carroll et à Edward Lear. Un an plus tard, Lennon a produit «A Spaniard in the Works», un titre qui fait référence à l'expression britannique «A spanner in the works» qui signifie, en français, poser un geste pour empêcher une activité ou un projet de fonctionner.

La collection appartenait à l'éditeur britannique de Lennon, Tom Maschler, qui en a gardé possession pendant un demi-siècle. Selon Sotherby, il s'agit de la plus imposante collection privée de l'ancien membre des Beatles à surgir sur le marché. Avant de devenir un fameux musicien, Lennon, qui a été assassiné en 1980, a reçu une formation d'artiste à la Liverpool School of Art.

Maschler a qualifié Lennon d'homme doté «d'un talent et d'une imagination extraordinaires». Dans une déclaration, Maschler a affirmé que les oeuvres artistiques de Lennon avaient été mésestimées, et il avait dit souhaiter que l'encan «rétablirait l'équilibre».

PLUS:pc