NOUVELLES

Des attentats dans plusieurs régions d'Irak font au moins 25 morts

04/06/2014 05:25 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

BAGDAD - Des bombes ont explosé mercredi dans plusieurs secteurs de la capitale irakienne, de même que dans le nord et le sud du pays, tuant au moins 25 personnes, ont annoncé les autorités.

L'Irak vit sa pire flambée de violence depuis les affrontements interconfessionnels de 2006-2007, qui avaient poussé le pays au bord de la guerre civile. Selon la mission de l'ONU en Irak, le mois de mai a été le plus meurtrier depuis le début de l'année, avec 799 personnes tuées dans des actes de violence, dont 603 civils. En 2013, 8868 personnes avaient été tuées à travers le pays, d'après les données de l'ONU.

Le mois de juin a commencé tout aussi violemment. Un véhicule piégé a explosé mercredi dans une zone commerciale de la ville chiite d'Hillah, dans le sud du pays, tuant huit civils et en blessant 28 autres, ont indiqué un policier et un responsable médical.

Deux attentats simultanés impliquant des véhicules piégés ont également été perpétrés dans un stationnement près d'un édifice de la police et d'un secteur commercial dans la ville multiethnique de Kirkouk, dans le nord, tuant un policier et sept civils, en plus de faire neuf blessés, a précisé le chef adjoint de la police de la ville, le major-général Torhan Abdul-Rahman Youssef.

Plus tôt mercredi, un véhicule garé a explosé dans un quartier commercial du nord de Bagdad, faisant quatre morts et 12 blessés parmi les civils, selon un policier. Dans le quartier de Mansour, dans l'ouest de la capitale, une bombe a explosé au passage d'une patrouille de la police, tuant deux civils et blessant sept autres personnes.

Une bombe placée en bordure d'une route a tué deux policiers à Taji, à environ 20 kilomètres au nord de Bagdad. Un autre policier a été tué et six autres blessés quand une bombe a frappé leur convoi dans la région d'Arab Jabour, un ancien bastion des insurgés à 25 kilomètres au sud de Bagdad.

PLUS:pc