NOUVELLES

CEIC: des dossiers traités avant d'autres parce que dans des comtés libéraux

04/06/2014 10:36 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Michel Binette, ancien conseiller politique de la ministre des Affaires municipales Nathalie Normandeau, a admis mercredi que des dossiers ont pu être traités avant d'autres parce qu'ils émanaient de circonscriptions libérales ou des «bonnes» firmes de génie.

Et il a avoué devant la Commission Charbonneau qu'à l'inverse, certaines demandes de subvention pouvaient poireauter plus longtemps au cabinet parce qu'elles n'émanaient pas d'une circonscription libérale ou de la «bonne» firme de génie-conseil.

M. Binette a précisé toutefois que dans ces cas, il ne s'agissait pas d'infrastructures pour l'eau urgentes, de priorités 1 et 2, qui relèvent d'une question de santé publique. Ce sont les priorités 4, par exemple, qui pouvaient être ainsi touchées par un penchant politique.

«On doit s'assumer et quand on fait des choix, on les fait en fonction de circonscriptions électorales, on les fait en fonction de... Quand ils sont tous sur le même niveau, et qu'on a déjà réglé tout ce qui est prioritaire et sans distinction... bien, où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie, et... » a résumé le témoin.

Donc, «les comtés au pouvoir avaient plus de chances de voir leurs dossiers priorisés?» lui a demandé le procureur de la commission, Me Paul Crépeau.

«Certes», a carrément répondu l'ancien conseiller de la ministre Normandeau.

Et, à l'inverse, les dossiers qui n'étaient «pas du bon bord», eux, pouvaient poireauter sur le bureau du directeur de cabinet de la ministre, Bruno Lortie.

«Je serais porté à croire qu'effectivement, il y a des motivations politiques de garder le dossier sur le coin (du bureau) parce que, par exemple, ce n'est pas un comté libéral», a-t-il avoué.

«Qui, diriez-vous, tenait les guides?» lui a demandé la juge France Charbonneau.

«Je pense que M. Lortie en menait très large», a répondu M. Binette.

Il a décrit M. Lortie comme un homme au caractère abrasif, «pas très agréable», qui «mettait de la pression» sur les gens. «Je ne pense pas qu'il y ait personne qui garde de bons souvenirs de notre passage dans l'équipe de M. Lortie.»

Quand un dossier n'avançait pas assez vite à son goût, M. Lortie téléphonait, mécontent, et «les mots gras s'envolaient». «J'essayais toujours de le retenir», a-t-il rapporté.

Tout au long de son témoignage, M. Binette a montré du doigt M. Lortie, mais s'est porté à la défense de Nathalie Normandeau, qu'il a jugé impartiale et intègre. Selon lui, elle avait une totale confiance en M. Lortie, son directeur de cabinet.

Après lui, un autre ex-conseiller de Mme Normandeau, Vincent LeHouillier, a confirmé à la juge France Charbonneau le caractère rugueux de M. Lortie. Et il a admis que s'il avait refusé de lui obéir, «oui», il y aurait eu des répercussions.

Financement politique

M. Binette a confirmé le lien d'amitié qui existait entre Bruno Lortie et Marc-Yvan Côté, un ancien et surtout influent ministre libéral sous Robert Bourassa, qui est devenu ensuite employé et consultant pour la firme de génie Roche.

Il a indiqué que c'est bien M. Lortie qui s'occupait du financement de la ministre Normandeau _ ce qui est délicat, puisqu'il était directeur de son cabinet, donc payé par l'Assemblée nationale, non par le Parti libéral.

«C'est lui qui s'occupait de voir à ce que Mme Normandeau atteigne ses objectifs. C'était M. Lortie qui était responsable du financement de Mme Normandeau», a catégoriquement affirmé l'ancien conseiller politique.

Et contrairement à l'ex-ministre des Transports Julie Boulet, MM. Binette et LeHouillier savaient que tous les ministres du gouvernement Charest avaient un objectif de financement de 100 000 $.

M. Binette est devenu à son tour directeur de cabinet du ministre délégué aux Ressources naturelles et à la Faune, après avoir été conseiller politique aux Affaires municipales. Et il a dû voir à ce que son ministre d'alors, Serge Simard, atteigne son objectif de financement. Il n'y parvenait pas et c'est M. Binette qui se faisait «taper sur les doigts» par le PLQ.

M. Binette voulait éviter de mettre son ministre «dans l'embarras» et a veillé à ne pas solliciter, justement, les entreprises qui faisaient affaires avec son ministère _ dans ce cas: des minières, a-t-il raconté.

Il a par ailleurs affirmé qu'en plus de la liste officielle des projets en attente de subvention du ministère des Affaires municipales, il existait une seconde liste «parallèle» émanant des firmes de génie-conseil.

«M. Lortie m'a glissé (à l'oreille) qu'il demandait aux firmes de génie de lui fournir une liste complète de tous les projets de la firme», a-t-il rapporté. Lui croyait que c'était pour «favoriser une meilleure communication» avec les firmes de génie.

Des représentants des grandes firmes de génie oeuvrant au palier municipal _ dans 85 pour cent des cas BPR, Roche et Dessau _ rencontraient Bruno Lortie «à porte fermée», a relaté l'ex-conseiller politique.

M. LeHouillier a nuancé un peu les propos de M. Binette concernant le biais en faveur des circonscriptions libérales en cas de dossiers d'égale importance. «Oui, il peut arriver, effectivement dans certains cas, que des projets dans des circonscriptions libérales _si c'est le fond de votre question _aient fait l'objet d'une attention. Mais, au même titre, j'ai le souvenir de projets importants qui ont été réalisés dans des circonscriptions qui n'étaient pas libérales, mais qui étaient des projets régionaux, comme un aréna à Shawinigan», a-t-il répondu.

Il a confirmé que Roche semblait avoir des entrées directes au cabinet de Mme Normandeau grâce au lien unissant Marc-Yvan Côté à Bruno Lortie. Il n'est toutefois pas allé jusqu'à dire que cela se concluait nécessairement par des mandats accordés plus souvent à Roche.

PLUS:pc