NOUVELLES

Syrie: Bachar al-Assad réélu pour un mandat de sept ans avec 88,7% des voix

04/06/2014 03:15 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT
Chip Somodevilla via Getty Images
WASHINGTON, DC - SEPTEMBER 09: About 200 people demonstrate in support of Syrian President Bashar al-Assad and against a possible military attack on Syria by the United States outside the White House September 9, 2013 in Washington, DC. Organized by the Syrian American Forum (SAF), the demonstrators marched from the White House to the U.S. Capitol. (Photo by Chip Somodevilla/Getty Images)

Le président syrien Bachar al-Assad a été réélu pour un mandat de sept ans avec 88,7% des voix, a annoncé le président du Parlement, à la suite d'un scrutin controversé qualifiée de "farce" par l'opposition et les pays occidentaux.

Les deux autres candidats qui lui servent de faire-valoir, Hassan al-Nouri et Maher al-Hajjar, ont obtenu respectivement 4,3% et 3,2%.

Sur les 15,8 millions de personnes appelées à voter en pleine guerre civile, 11,6 millions ont participé au scrutin, a précisé le chef du Parlement Mohammad al-Lahham.

"J'annonce ainsi Bachar al-Assad président de la République arabe syrienne pour avoir obtenu la majorité absolue (...) je suis fier du choix du peuple et de la justesse de sa décision", a-t-il indiqué lors de l'annonce diffusée par les télévisions officielles.

Le taux de participation a atteint 73,42% contre 95,86% en 2007 lors du référendum qui avait reconduit M. Assad, au pouvoir depuis 2000 et qui mène une guerre sanglante contre les rebelles depuis trois ans.

L'annonce de la réélection attendue de M. Assad, a été accompagnée par des tirs de joie qui ont fait trois morts à Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parallèlement, la télévision officielle Al-Ikhbariya a diffusé en direct des scènes de liesse de partisans de M. Assad.

Des tirs de joie ont été également entendus dans des secteurs de la capitale libanaise et des régions dominées par le Hezbollah chiite, l'allié du régime syrien.

Dans le même temps, les militants anti-régime et des opposants en exil répétaient sur les réseaux sociaux le leitmotiv du "printemps arabe": le peuple veut la chute du régime.

La révolte pacifique qui avait éclaté en mars 2011 s'est transformée en insurrection armée après avoir été brutalement réprimée avant de basculer dans la guerre totale qui a ruiné le pays et jeté hors de chez elles neuf millions de personnes.

bur-ram/sw

INOLTRE SU HUFFPOST

Syrie : les fausses promesses du régime