NOUVELLES

Ukraine : les observateurs disparus de l'OSCE "sont en vie" (secrétaire général)

03/06/2014 12:10 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

Les deux équipes d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) déployées en Ukraine et présumées être aux mains des séparatistes "sont en vie", a assuré mardi le secrétaire général de l'organisation.

"Nous savons où ils se trouvent. Ils sont en vie et vont bien", a affirmé Lamberto Zannier, qui participait en Suisse à un débat organisé par un centre de réflexion, le Centre de politique de sécurité de Genève.

"Ma priorité est d'obtenir leur libération immédiate, sans condition", a-t-il expliqué aux journalistes.

Un premier groupe d'observateurs est porté manquant depuis le 26 mai dans la région de Donetsk (est). Quatre autres observateurs de l'OSCE plus un interprète ukrainien ont disparu le 29 mai dans la région de Lougansk (est).

Un autre groupe de 11 observateurs de l'OSCE a été également brièvement détenu le 28 mai dans la région de Donetsk.

Sept autre observateurs avaient par ailleurs été détenus pendant huit jours par les rebelles prorusses de Slaviansk, bastion des insurgés armés prorusses avant d'être libérés le 3 mai.

Des combats de plus en plus intenses opposent depuis avril dans l'est de l'Ukraine l'armée ukrainienne à des insurgés armés prorusses que Kiev et les Occidentaux accusent d'être soutenus en sous-main par Moscou.

Ces disparitions d'observateurs de l'OSCE, déployés en vue d'oeuvrer à une pacification, reflètent la situation proche de l'anarchie dans cette région de l'Ukraine, avec des enlèvements, des pillages, des barrages routiers et des bâtiments publics occupés par des hommes en armes.

M. Zannier a défendu le travail accompli par les observateurs, refusant toute accusation "d'espionnage".

"Je trouve scandaleux que nos observateurs qui agissent en vertu d'un mandat, qui informent sur la situation sécuritaire, puissent être accusés d'être des espions", a-t-il insisté.

L'OSCE dispose actuellement de 296 employés internationaux et 20 locaux issus des différentes régions de ce pays. Mais l'organisation envisage d'accroître sa présence.

Toutefois, en raison de l'insécurité, l'OSCE a réduit sa présence de façon temporaire dans l'Est, a indiqué M. Zannier, sans donner de détails.

Le secrétaire général de l'OSCE a également appelé à un meilleur contrôle des 1.400 km de frontière entre la Russie et l'Ukraine.

"Il faut mieux contrôler ces frontières. Ce sont des frontières très longues, où il y a un risque de passage des individus qui peuvent être armés, et qui peuvent contribuer aux problèmes qu'on voit dans l'est de l'Ukraine", a-t-il dit.

Il a appelé Kiev et Moscou à coopérer, mais a toutefois estimé que "les Russes avaient une responsabilité particulière" en la matière.

Kiev et les Etats-Unis ont dénoncé la présence de citoyens russes, notamment des Tchétchènes, parmi les insurgés et leur équipement en armes russes, y compris lourdes.

La Russie a toujours rejeté les accusations sur son implication dans la déstabilisation de l'Ukraine et exige que Kiev cesse son "opération punitive" dans l'Est.

jwf/apo/sym

PLUS:hp