NOUVELLES

Syrie: les partisans d'El-Assad votent avec enthousiasme malgré la guerre

03/06/2014 03:43 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

DAMAS, Syrie - Brandissant des photos du président Bachar el-Assad et dansant avec des drapeaux, des dizaines de milliers de Syriens ont renouvelé leur allégeance à leur président, mardi, dans le cadre d'une élection qui excluait une grande partie de la population d'avant-guerre, et qui a été qualifiée de mascarade par l'opposition.

Certains ont inscrit leur vote sur le bulletin avec leur sang après s'être piqué les doigts avec des épingles fournies par le gouvernement, dans un geste symbolique d'allégeance et de patriotisme. D'autres ont souhaité voter à la vue des autres électeurs et des caméras de télévision plutôt que de tirer le rideau censé protéger le secret du vote.

Des hommes et des femmes portant des écussons avec la photo de Bachar el-Assad ont affirmé que sa réélection lui donnerait plus de légitimité pour trouver une solution au conflit dévastateur qui a fait plus de 160 000 morts en trois ans, dont un tiers de civils.

Des mesures de sécurité renforcées avaient été mises en place pour le scrutin, avec de multiples points de contrôle autour de la capitale. Des soldats fouillaient les voitures et exigeaient de voir les cartes d'identité des passagers.

En début de soirée, la télévision publique a annoncé que la commission électorale avait prolongé le scrutin de cinq heures, jusqu'à minuit (17 h, HAE), à cause du «taux élevé de participation dans les bureaux de vote».

Alors que des foules de partisans de Bachar el-Assad se pressaient dans les bureaux de scrutin à Damas, les échos de la guerre étaient impossibles à ignorer. Au moins trois avions de combat ont survolé la capitale à basse altitude, un événement inhabituel, selon des résidents.

Le bruit sourd des explosions pouvait également être entendu à distance, alors que les forces progouvernementales et les rebelles s'affrontaient dans des régions rurales autour de la capitale, où l'on pouvait apercevoir d'épaisses colonnes de fumée noire. Plusieurs obus de mortier sont tombés à Damas, dont un qui a atterri près de la Maison de l'opéra. Le scrutin s'est tout de même déroulé dans le calme, selon les autorités.

Le vote a été organisé seulement dans les régions du pays contrôlées par le gouvernement, excluant la majorité du nord et de l'est de la Syrie. Des dizaines de milliers de Syriens vivant à l'étranger ont voté la semaine dernière, mais les quelque 2,7 millions de réfugiés syriens éparpillés dans la région se sont abstenus ou étaient exclus de l'exercice en vertu des lois électorales.

La victoire de Bachar el-Assad, qui est assurée, lui accordera un troisième mandat de sept ans qui devrait lui permettre de resserrer son emprise sur le pouvoir et renforcera sa détermination à écraser les rebelles qui tentent de le renverser.

Les alliés occidentaux et régionaux de l'opposition syrienne, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Arabie saoudite et la Turquie, ont estimé que l'élection était une imposture. Les groupes de l'opposition civile ont boycotté le scrutin.

PLUS:pc