NOUVELLES

Soudan du Sud: premiers cas de choléra recensés hors de Juba (OMS et gouvernement)

03/06/2014 11:35 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

Des cas de choléra ont été enregistrés hors de Juba, pour la première fois depuis l'apparition de la maladie mi-mai au Soudan du Sud, où un conflit a chassé de chez eux plus d'1,3 million de Sud-Soudanais, ont annoncé mardi les autorités sanitaires.

"Désormais, nous voyons que les cas se propagent hors de Juba", a déclaré lors d'une conférence de presse le Dr Abdinasir Abubakar, chargé de la surveillance des maladies au bureau sud-soudanais de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), "nous devons faire en sorte d'être prêts à répondre à toute (nouvelle) apparition potentielle hors de Juba".

Des cas ont été enregistrés à une centaine de kilomètres au sud et au sud-est de Juba, mais aussi plus loin, dans l'Etat oriental du Jonglei, à environ 350 km au nord de Juba, ainsi que dans deux régions de l'Etat du Haut-Nil (nord-est), frontalier du Soudan, a indiqué le ministre sud-soudanais de la Santé Riek Gai Kok.

Le Jonglei et le Haut-Nil ont été les théâtres d'intenses combats depuis le début du conflit qui a éclaté mi-décembre sur des lignes ethniques au sein de l'armée sud-soudanaise entre troupes respectivement loyales au président Salva Kiir et à son ancien vice-président Riek Machar.

Jusqu'ici 1.124 cas de choléra, dont 27 mortels ont été enregistrés, a précisé le ministre et "il y a une baisse" du nombre de cas enregistrés chaque jour. "Mais cela ne veut pas dire que la propagation est contenue, nous devons poursuivre nos efforts", a souligné le Dr Abdinasir.

Une dizaine de cas suspects ont aussi été détectés dans l'une des deux bases de l'ONU à Juba, mais aucun cas confirmé pour l'heure, ni dans aucun autre centre de déplacés, a indiqué le Dr Abdinasir à l'AFP.

Près de 30.000 personnes craignant d'être tuées en raison de leur appartenance ethnique s'entassent depuis mi-décembre dans des conditions épouvantables dans les deux bases de l'ONU à Juba et plus de 75.000 au total dans les huit bases de l'ONU à travers le pays, où les combats s'accompagnent de massacres ethniques.

L'apparition du choléra fait craindre une vaste épidémie au Soudan du Sud, où plus d'un million de Sud-Soudanais déplacés survivent sans eau potable, sans abri ni toilettes dignes de ce nom.

Le choléra est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés par un vibrion, qui peut provoquer la mort en quelques heures en l'absence de traitement. Il se propage facilement notamment dans les zones dépourvues d'infrastructures de base - eau propre, toilettes, assainissement - tels que les bidonvilles ou les camps de réfugiés, souvent surpeuplés.

str-ayv/sa/sd

PLUS:hp