NOUVELLES

Présidentielle en Syrie: "les Syriens ont le choix entre Bachar et Bachar" (Fabius)

03/06/2014 03:53 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

Les Syriens qui votaient mardi pour la présidentielle, "ont le choix entre Bachar et Bachar", a commenté le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, déplorant à nouveau "une farce tragique".

"C'est une farce tragique. Les Syriens - et encore les Syriens uniquement dans les zones gouvernées par le régime - ont le choix entre Bachar et Bachar. (...) C'est n'importe quoi. La réalité, c'est qu'on connaît déjà les résultats avant que ce soit commencé", a accusé M. Fabius, sur la chaîne de télévision France 2.

"Ce monsieur qui est qualifié de +criminel contre l'humanité+ par le secrétaire général des Nations unies, ne peut être l'avenir de son peuple", a poursuivi le ministre français qualifiant le président syrien Bachar al-Assad de "personnage méprisable".

L'élection d'Assad, qui fait face à deux autres candidats inconnus lui servant de faire-valoir, ne fait aucun doute, alors que tous les électeurs montrés par les télévisions officielles ou interrogés par l'AFP affirment sans ambages voter pour lui.

Les rebelles et les militants antirégime ont parlé d'"élection du sang" et les Etats-Unis d'une "imposture", alors que la guerre qui ravage la Syrie a fait en trois ans plus de 162.000 morts.

M. Fabius a répété que "l'objectif de ceux qui veulent une démocratie syrienne, c'est d'aboutir -et c'est très difficile- à un accord politique". Selon lui, il faut discuter avec des éléments du régime, mais pas avec Bachar al-Assad, allié objectif des groupes djihadistes selon le ministre français, même si ceux-ci le combattent.

"Les groupes terroristes et Bachar al-Assad se renforcent mutuellement dans une certaine forme de terrorisme. Dans la réalité, le régime ne combat pas tellement les groupes terroristes, mais l'opposition modérée" qu'il faut soutenir, a dit Laurent Fabius.

cr/nou/jh

PLUS:hp