NOUVELLES

Obama veut 1 milliard $ pour hausser la présence de l'armée américaine en Europe

03/06/2014 05:53 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

VARSOVIE, Pologne - Les États-Unis pourraient dépenser 1 milliard $ US pour rehausser leur présence militaire en Europe, a indiqué mardi le président américain Barack Obama, au moment où le continent est toujours ébranlé par l'agressivité russe en Ukraine.

S'exprimant aux côtés de son homologue polonais Bronislaw Komorowski, M. Obama a dit que les États-Unis prévoient déployer davantage d'hommes et de matériel en Europe. Il a demandé aux parlementaires américains de lui fournir les fonds dont il a besoin pour concrétiser ce projet.

«J'annonce aujourd'hui une nouvelle initiative pour augmenter les appuis à nos alliés de l'OTAN en Europe, a-t-il déclaré depuis le palais Belweder de Varsovie. En vertu de cet effort, et avec l'appui du Congrès, les États-Unis prédéploieront davantage d'équipement en Europe.»

Des responsables américains ont précisé que le président souhaite notamment augmenter la participation de la marine américaine aux déploiements de l'OTAN dans les mers Noire et Baltique, en plus de rehausser les capacités militaires de pays qui — comme l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie — ne sont pas membres de l'OTAN mais partagent une frontière avec la Russie.

M. Obama a fait cette annonce au début d'une tournée qui le mènera dans trois pays européens. Il doit notamment rencontrer mercredi Petro Porochenko, le président nouvellement élu de l'Ukraine.

Le président américain a dit souhaiter des relations cordiales entre la Russie, l'Ukraine et les États-Unis, tout en prévenant que les États-Unis ont mis sur pied des plans d'urgence pour protéger tous les membres de l'OTAN.

«Ces plans d'urgence ne sont pas qu'une feuille sur une tablette», a-t-il dit, avant d'ajouter que les États-Unis sont capables de mettre ces plans en application, au besoin.

Il a aussi demandé aux autres membres de l'OTAN de faire plus pour contribuer à la défense collective de l'Alliance. Il admet toutefois que les responsabilités des États-Unis sont plus grandes que celles de ses alliés de taille plus modeste.

«Tous ont la capacité de faire leur juste part, de contribuer un montant proportionnel pour assurer que nous aurons les ressources, la planification, l'intégration et la formation nécessaires à notre efficacité», a dit M. Obama.

Le président américain doit rencontrer les leaders du G7 à Bruxelles avant de se rendre en Normandie à l'occasion des célébrations entourant le 70e anniversaire du débarquement allié de 1944.

PLUS:pc