NOUVELLES

Le président de l'Iran promet de défendre les «droits nucléaires» de son pays

03/06/2014 05:05 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

TÉHÉRAN, Iran - Le président modéré de l'Iran a promis, mardi, que son gouvernement défendrait les droits nucléaires de la République islamique et mettrait fin aux sanctions internationales qui ont dévasté l'économie du pays.

Hassan Rohani a fait ces déclarations à la veille d'une nouvelle ronde de discussions techniques de haut niveau entre l'Iran et six puissances à Vienne.

En vertu d'un accord conclu en novembre, l'Iran a accepté de suspendre ses activités nucléaires en échange d'un allégement des sanctions des pays occidentaux. Les principales sanctions restent toutefois en place, notamment les mesures visant les exportations pétrolières iraniennes, un pilier de l'économie du pays.

Les États-Unis et leurs alliés soupçonnent l'Iran de vouloir concevoir des armes nucléaires, mais Téhéran dément ces allégations et affirme n'avoir que des objectifs civils et pacifiques.

Les remarques du président iranien semblent s'inscrire dans ses efforts pour apaiser les critiques des politiciens iraniens les plus conservateurs, qui estiment qu'il a fait trop de concessions aux pays occidentaux contre presque rien.

«Sans aucun doute, l'énergie nucléaire est un droit indéniable de l'Iran», a dit M. Rohani mardi lors d'une cérémonie commémorant le 25e anniversaire de la mort de l'ayatollah Ruhollah Khomenei, le fondateur de la République islamique.

Le président a également affirmé que l'Iran continuerait de soutenir la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dans la région, en référence au rôle de son pays dans la lutte du régime du président Bachar el-Assad en Syrie contre les rebelles qui veulent le renverser. Le gouvernement syrien allègue que ceux qu'il combat sont des terroristes et non des opposants légitimes.

«La République islamique d'Iran aide ceux qui combattent le terrorisme et l'extrémisme dans la région», a dit M. Rohani. «Aujourd'hui, l'Iran est un porte-étendard de la lutte contre le terrorisme et la violence dans la région.»

L'accord intérimaire conclu entre l'Iran et les six puissances — les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne — doit encore être finalisé. La prochaine ronde de négociations politiques de haut niveau aura lieu plus tard en juin.

PLUS:pc