NOUVELLES

La décision de redessiner la carte française suscite la controverse

03/06/2014 08:49 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

PARIS - L'intention du gouvernement français de redessiner la carte nationale et de regrouper des régions dont l'identité individuelle s'est solidement enracinée au fil des siècles suscite une levée de boucliers.

Le plan annoncé mardi verrait le nombre de régions administratives passer de 22 à 14.

La France compte actuellement 22 régions administratives, plus d'une centaine de départements et pas moins de 36 000 villes — toutes composées de couches administratives qui, selon le président François Hollande, représentent un fardeau bureaucratique.

Parmi les regroupements proposés, qui sont comparés par certains aux mariages forcés de l'époque féodale, on retrouve l'union de l'Alsace et de la Lorraine, de la Haute-Normandie et de la Basse-Normandie, et de Champagne-Ardenne et de la Picardie dans le nord du pays.

En revanche, des régions comme la Bretagne, l'Aquitaine et le Nord-Pas-de-Calais ne seraient pas touchées.

Un dirigeant français affirme que ces regroupements engendreront des économies de 10 milliards d'euros d'ici cinq ou dix ans, en éliminant les chevauchements de compétences et les doublons.

Le projet sera soumis au vote des parlementaires. Plusieurs de ceux qui s'y opposent pourraient perdre leur poste lors d'élections régionales, l'an prochain.

PLUS:pc